Fdesouche

Espagne : affrontement entre deux groupes d’étrangers à Cocentaina, les habitants terrorisés, la police impuissante

Les affrontements dans les rues se poursuivent depuis la mi-septembre dans la municipalité de Cocentaina, à Alicante. Des vidéos circulent qui montrent du sang, des coups de pied et même des agressions avec une guitare espagnole.

C’est effrayant de marcher dans la rue“, “nous allons devoir faire une manifestation” ou “mon Dieu, comment les choses ont pu devenir si mauvaises” sont quelques-uns des commentaires que l’on peut lire dans les groupes de contestanos sur les réseaux sociaux. Compte tenu de l’inquiétude, de la barbarie des agressions et de l’alarme sociale, le conseil municipal a pris des mesures à ce sujet.

Ces combats se déroulent depuis la mi-septembre et impliquent deux groupes de personnes qui s’affrontent “partout où ils se croisent, affirme la conseillère en sécurité citoyenne de Cocentaina, Eugenia Miguel. Pour tenter de résoudre le problème, la police locale a déjà renforcé ses équipes pour surveiller et contrôler ces attaques.

Il s’agit de voisins étrangers qui vivent dans la ville depuis plusieurs années sans causer de conflit, mais qui s’affrontent de manière virulente depuis quelque temps, laissant des images horribles de sang et de personnes menottées par les autorités et gisant sur le sol. “La Guardia Civil est chargée de l’enquête, mais pour l’instant nous n’avons pas d’autres informations à la mairie“, indique le conseiller municipal.

Pour l’instant, aucun décès n’a été signalé, mais il y a des blessés. La consommation de substances narcotiques serait liée à ces agressions brutales. À tel point que, malgré les blessures subies par les personnes impliquées en première instance, beaucoup d’entre elles refusent l’assistance médicale.

Des arrestations sont effectuées, mais une fois qu’elles sont portées devant les tribunaux, les personnes arrêtées sont de nouveau dans la rue dans les 24 heures, en attendant d’être à nouveau convoquées par le juge. “Il est vrai que ces cas provoquent une grande alarme sociale et que les images sont très scandaleuses, mais nous travaillons pour mettre fin aux conflits“, déclare Miguel.

Selon le journal local Información, le Consistoire a réitéré dans un communiqué la demande d’aide de la Guardia Civil et de la Subdelegación del Gobierno, étant donné la possibilité d’une répétition des mêmes événements. Elle a également souligné qu’elle n’a “aucun pouvoir de prendre des mesures à l’encontre de ces individus”, qui sont d’origine étrangère et apparemment membres de familles ou de groupes en conflit, et qu’elle ne peut “ordonner leur bannissement”.

Levante



Fdesouche sur les réseaux sociaux