Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

Le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (Spip) de la Gironde souhaite offrir la possibilité aux auteurs d’infractions d’être parrainés par des bénévoles. Leur recrutement commencera en octobre

Volontariat total Les bénévoles «peuvent mettre fin à tout moment au parrainage si ce dernier se passe mal».Confidentialité Parrain et filleul se «choisiront» mutuellement et seul leur prénom (ou prénom d’emprunt) pourra être connu. Il s’agit d’un contrat moral de parrainage de quatre, six ou huit mois qui implique de se contacter au moins une fois par semaine mais «l’idée n’est pas d’être joignable 24h/24». «C’est le bénévole qui pose ses limites.» Par ailleurs, des rencontres peuvent se faire dans l’espace public et aucune notion d’argent ne doit rentrer en jeu. Absence de contrepartie Le seul objectif du parrainage est de créer un lien, de responsabiliser les condamnés et de les conseiller sur des actions du quotidien (CV, aide au numérique, etc.). «Il n’y a aucun impact sur l’exécution de la peine, relève Adélaïde Moncomble. On est sur une rencontre humaine dont l’objectif s’écrit à deux. Chaque parcours est unique.»

[…]

Mathilde, 35 ans, travaille dans le secteur médicosocial et souhaiterait s’impliquer dans «un projet de justice sociale afin de redonner le pouvoir d’agir à ceux qui ne l’ont pas». Pauline, étudiante de 23 ans qui prépare les concours de justice, a quant à elle entendu parler de cette réunion «via un article de presse partagé sur les réseaux sociaux» et «souhaite apporter son aide».

[…]

Sud-Ouest


Fdesouche sur les réseaux sociaux