Fdesouche

Face aux enquêteurs qui l’auditionnent, il reconnaît lui-même qu’il peut avoir « du mal à gérer ses colères, qu’il insulte ses surveillants ou tape dans les murs », développe la présidente Gosteau. Il venait de s’enfuir de son collège lorsque la principale adjointe l’a rattrapé. Et là, l’élève de 11 ans « vide son sac » : les réveils à 4 h pour réciter les sourates du Coran, les violences lorsqu’il se trompe… « Mon beau-père m’a fouetté, soulevé (…). Le jour de mes 10 ans, il m’a cassé le bras. J’ai peur de lui ! » Au psychologue qui a relevé des symptômes de stress post-traumatique et « des propos cohérents, sans affabulation ».

Publicité
[…]

Le beau-père nie : s’il réveillait le petit dans la nuit, c’était pour qu’il aille aux toilettes. Il finit par reconnaître s’être « énervé car il ne priait pas de manière authentique » et de l’avoir « juste poussé comme ça ». Au point qu’il y a « une trace de votre main au niveau de son aisselle », observe la magistrate.

[…]

Le psychologue craint un risque de réitération des faits. De quoi exaspérer la défense du couple. « Notre histoire judiciaire est émaillée d’histoires où des enfants ont menti ! », ont rappelé Me Lhuissiez et Vallez. Dénonçant « l’absence d’éléments matériels », ils ont plaidé la relaxe. Mais le couple a bien écopé de huit mois de sursis probatoire pendant deux ans. Ils devront s’astreindre à des soins psychologiques et indemniser le collégien, qui vit désormais chez son père.

La Voix du Nord

(Merci à Marc-Antoine)


Fdesouche sur les réseaux sociaux