Fdesouche

Stupeur et indignation règnent en maître après la mort violente de deux femmes, lundi après-midi, dans le quartier viennois de Favoriten. Suspect : un Somalien de 28 ans déjà connu pour plusieurs infractions.L’Autriche ne doit pas devenir le pays des meurtres de femmes“, déclare l’Anneau autrichien des femmes. Le fait que deux procédures de reconnaissance d’asile à l’encontre de l’auteur présumé aient déjà été refusées fait également sourciller la population.

Publicité

Lundi après-midi, la police a été appelée dans un complexe résidentiel situé sur la Belgradplatz, dans le quartier de Favoriten, car des voisins avaient entendu une forte dispute provenant d’un appartement. La police a découvert un tableau choquant : deux femmes, âgées de 37 et 35 ans, gisaient mortes dans l’appartement, probablement poignardées à mort avec un couteau. Il s’est avéré que les victimes étaient l’ex-petite amie et la compagne actuelle du Somalien, qui était toujours sur les lieux. L’homme a été interpellé.

Selon le rapport, la jeune femme travaillait comme interprète à Caritas depuis le début de l’été et était amie avec la deuxième victime, l’ex-petite amie de l’auteur des faits, âgée de 37 ans. “Nous avons perdu un jeune collègue très dévoué. Nos sympathies vont à ses proches en ces heures.“.

Nous sommes abasourdis par les nouvelles incessantes de meurtres de femmes en Autriche. Au vu de ces chiffres effrayants, il est grand temps que le gouvernement fédéral accorde enfin la priorité à la protection contre la violence“, a exigé Klaudia Frieben, présidente du Frauenring. Une fois de plus, il a été demandé qu’une équipe de crise s’occupe uniquement de la violence à l’égard des femmes et de la violence domestique. “Nous attendons du gouvernement fédéral qu’il prenne enfin des mesures décisives pour protéger contre la violence“, a insisté M. Frieben.

Dominik Nepp, chef du FPÖ (Droite) de Vienne, a utilisé la question de l’asile comme point d’ancrage : “Le double meurtre tragique de deux femmes par un Somalien ayant droit à l’asile, qui avait déjà attiré l’attention de la police à deux reprises, n’aurait pas eu à se produire si le ministre de l’intérieur de l’ÖVP, Nehammer, ne se contentait pas de faire des promesses vides, mais les tenait et expulsait rigoureusement les demandeurs d’asile violents ou les personnes ayant droit à l’asile.”

Le Somalien a apparemment droit à l’asile. Au moins deux accusations de viol et d’abus sexuel ont été classées sans suite : “Dans les deux cas, les preuves étaient trop maigres“, a expliqué Ulrike Breiteneder, porte-parole du parquet de Linz, interrogée par la “Krone” mardi matin. Dans les deux cas, une procédure de reconnaissance de l’asile avait également été engagée – mais comme la procédure pénale avait été précédemment abandonnée, les autorités ont également arrêté la procédure d’expulsion.

Le suspect a une fille avec l’une de ses victimes – l’enfant de quatre ans n’était toutefois pas à la maison au moment du crime, mais à la maternelle. La jeune fille est maintenant prise en charge par le Bureau de la protection des enfants.

Krone

(Merci à Vincent)


Fdesouche sur les réseaux sociaux