Fdesouche
«Ils n’ont honte de rien» : la rave-party au milieu des migrants dans le Val-de-Marne fait polémique

« Ils n’ont honte de rien » : Polémique après qu’un collectif d’extrême-gauche ait organisé une rave-party queer dans un squat de migrants à Vitry (94)

https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

Dans la nuit de samedi 4 à dimanche 5 septembre, des centaines de danseurs se sont réunis pour une rave-party à Vitry-sur-Seine dans un squat de migrants géré par l’association United Migrants, causant une polémique sur les réseaux sociaux et un malaise parmi les participants.

Que s’est-il passé samedi soir dernier dans la zone industrielle de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) ? Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, une petite fille d’à peine 10 ans, l’air hagard, semble interloquée par ce qu’elle voit autour d’elle. Elle se situe sur le parking du 38, rue de Seine, un squat de migrants géré par l’association United Migrants, en plein milieu d’une rave-party à destination de personnes queers (dont l’orientation ou l’identité sexuelle ne correspond pas aux modèles dominants). Derrière elle, d’anciens bureaux investis par les migrants depuis mai 2021, où elle habite.

www.leparisien.fr


Nous tenons à vous informer que La Toilette de 24H est décalée au week end prochain dans une salle évènementielle ERP habilitée à accueillir des évènements de même ampleur. Les mêmes billets pourront être utilisé.

Nous pourrons maintenir les artistes du line up qui seront disponibles la semaine prochaine. Il sera en partie modifié, certains artistes étrangers ne pouvant pas revenir.

Nous vous transmettrons dès que Shotgun nous l’enverra le formulaire de remboursement pour tout ceux qui ne souhaiteront pas venir. Il sera à envoyer directement à shotgun ce qui permettra un remboursement rapide. Nous tenons à revenir sur les faits qui nous ont finalement amenés à produire notre évènement dans ce lieu qui a subi l’évacuation des forces de l’ordre.

Nous étions en contact début aout avec la mairie de Vitry, nous offrant l’opportunité de réaliser un événement au Kilowatt le week end du 4 et 5 septembre ce qui nous a donné l’envie de réaliser pour la première fois un événement de 24H parfaitement safe et légal. Malheureusement ce lieu nécessitait une préparation d’envergure complexe et les prestataires techniques du lieu ont finalement jugé le temps trop court pour pouvoir préparer La Toilette Infinite.

Notre équipe de production a par la suite trouvé un hangar idéal pour produire cet évènement à Blanc Mesnil; les autorités étaient prévenues. Mais l’adjoint au maire nous a averti la veille de notre évènement qu’un arrêté municipal (ci joint en photo) venait d’être publié le 3 septembre interdisant tout rassemblement festif dans la zone industrielle de Blanc Mesnil à cause d’un certain nombre de problèmes survenus lors de précédentes soirées organisées dans cette même zone durant l’été. Cet évènement étant le plus important que nous produisions depuis les débuts de La Toilette, nous avons voulu le maintenir et nos producteurs ont donc contacté le samedi de nombreuses salles d’évènementiel et autres, puis nous avons été mis en contact avec le gérant ainsi que trois délégués de ce lieu abritant des migrants. Ils nous ont expliqué que depuis la crise sanitaire leur situation était de plus en plus difficile, qu’ils ne pouvaient plus travailler et que la proposition de contrepartie financière suggérée par le gérant les aiderait énormément. Nous leur avons expliqué qu’il s’agissait d’une soirée techno queer et ils nous ont assuré que les habitants seraient prévenus et que ça ne les dérangeait pas. Au contraire ils nous ont dit qu’ils aimaient la fête, que certains des habitants seraient ravis de venir danser avec nous et que ça leur faisait sincèrement plaisir de nous accueillir.

Cette rencontre nous à vraiment touchés, l’idée que l’énergie générée par cette fête pourrait les soutenir et améliorer leur situation nous a convaincu de choisir ce lieu. Par ailleurs nous avons été aidés pour le montage par certains habitants que nous avons rémunérés.

Le gérant du lieu était confiant sur la bonne tenue de l’évènement et nos producteurs nous ont expliqué qu’ils s’agissait d’un lieu associatif privé et que la police ne pourrait pas y accéder sans mandat de perquisition. Mais lorsque la police est venue, l’intermédiaire qui nous avait mis en relation avec le gérant à préféré se montrer coopérant et les laisser accéder au lieu. Un peu plus tard, la préfecture nous à imposé d’évacuer les lieux. Cet arrêté municipal de Blanc Mesnil, qui nous a forcé à trouver un lieu le jour même de l’évènement a provoqué des retards d’installations et repoussé l’heure d’ouverture; nous nous excusons sincèrement pour tous ceux qui ont du patienter pendant tout ce temps ! Nous comprenons la frustration et les désagréments provoqués par l’arrêt subit dès le début de cette Toilette et par les ratés d’organisation déjà évoqués, et nous en sommes sincèrement désolés.

Nous étions déjà effondrés par cette intervention policière et sachez que toutes ces attaques haineuses et diffamatoires nous ont achevés. Nous ne sommes certes pas parfaits, ni les meilleurs en communication, mais on nous accuse précisément de l’inverse de ce pourquoi nous nous engageons et avons choisi ce lieu : tolérance, solidarité, inclusivité, bienveillance.

Nous sommes extrêmement blessés de voir que lorsque nous nous retrouvons affaiblis, tant de monde en profitent pour se déchainer avec autant de violence contre nous dans des accusations sans fondement et qu’il y ait autant d’énergie consacrée pour tenter de détruire un collectif pour qui les conséquences d’une fermeture en début d’événement est extrêmement dommageable, les pertes immenses et les conséquences difficiles à supporter.

Depuis la crise sanitaire un très grand nombre de collectifs ne peuvent plus se produire et ont disparu des radars, les autorisations préfectorales pour des évènements festifs de plus de 500 personnes sont presque toujours refusées mis à part pour les gros festivals, un nombre sans précédent d’annulations d’évènements se sont enchaînées depuis début juillet, des arrêtés municipaux et préfectoraux se multiplient pour interdire les rassemblements festifs partout en France. Toutes les scènes alternatives, les cultures libres subissent une répression sans précédent et sont très sérieusement menacées. Et en même temps, nous apprenons régulièrement que différents collectifs en dénoncent d’autres auprès des autorités pour leur nuire alors que nous devrions au contraire dans une période de crise aussi grave faire tous preuve de solidarité.

Nous mettons toute notre énergie malgré les risques encourus pour continuer à faire vivre notre culture et produire de nombreux artistes qui n’arrivent plus que rarement à travailler.

Nous sommes choqué de voir que malgré ce constat si inquiétant que vous avez tous pu remarquer, tant de personnes choisissent de détruire avec autant de hargne un collectif qui n’a jamais cherché à nuire à personne contrairement à d’autres, plutôt que de résister collectivement contre ces politiques répressives qui nous nuisent à tous.

On a la sensation d’assister à une foule qui rouent de coup des personnes déjà à terre! Nous sommes profondément inquiets de voire cette culture proliférer sur les réseaux.

Clément et Victor.

La Toilette

Fdesouche sur les réseaux sociaux