Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

« Notre peuple d’abord », « Cela ne correspond pas à notre culture » : Protestation contre l’arrivée de 800 migrants afghans dans un village de 3500 habitants aux Pays-Bas

Harskamp est un village situé dans la commune néerlandaise d'Ede, dans la province de Gueldre. Le 1er janvier 2006, le village comptait 3 450 habitants. (Wikipedia)

HARSKAMP – Une réunion de protestation dans le village de Veluwe de Harskamp contre l’arrivée de réfugiés d’Afghanistan a provoqué des scènes chaotiques dans le centre de Harskamp ce soir. Environ 250 personnes ont crié des slogans et tiré des feux d’artifice. Plus tard dans la soirée, une voiture a été incendiée et des pneus de voiture qui avaient été jetés le long de la route ont également pris feu.

Vers dix heures du soir, la manifestation a dégénéré. Des jeunes qui avaient mis le feu à des voitures empêchent les pompiers d’éteindre les incendies. La police intervient et effectue des charges pour faire reculer les jeunes. La police utilise également des chiens. Les jeunes refusent de céder la place.

Plus tôt dans la soirée, les jeunes ont défilé avec des banderoles jusqu’à la clôture du stand de tir de Harskamp, où sont hébergés jusqu’à 800 réfugiés afghans. Selon les jeunes, ils craignent pour leur sécurité et causent des nuisances. “Cela ne correspond pas à notre culture”, ont crié jeunes et vieux dans la rue. “Pourquoi cela ne peut-il pas se produire à Rotterdam ?“. Le groupe crie des slogans tels que “notre peuple d’abord“, et de temps en temps, des feux d’artifice sont allumés. Des banderoles ont été accrochées sur la clôture.

La police se contente de parler au groupe de temps en temps. Un garçon portant un drapeau avec le texte “Eigen volk eerst” (Notre peuple d’abord). Dans la rue, on entendait des messages tels que “pas de djihad“.

L’Agence centrale pour l’accueil des demandeurs d’asile (ACO) souhaite offrir un hébergement d’urgence à un maximum de 800 réfugiés dans la caserne au cours de la période à venir. Ils doivent quitter le pays immédiatement car ils ne sont pas à l’abri des talibans, qui ont pris le pouvoir.

Les premiers Afghans évacués du pays par les Pays-Bas sont maintenant arrivés à Harskamp. Trois lieux d’accueil ont été ouverts ces derniers jours ; aujourd’hui, il a été annoncé qu’un lieu d’accueil sera également ouvert à Nimègue.

Gelderlander

(Merci à Vince1584 et @ChagnonPatricia)


Fdesouche sur les réseaux sociaux