Fdesouche

Les autorités marocaines ont arrêté un Ouïghour en exil sur la base d’un mandat d’arrêt chinois pour terrorisme distribué par Interpol, selon des informations de la police marocaine.

Publicité

Il faisait “l’objet d’une notice rouge émise par Interpol en raison de son appartenance présumée à une organisation figurant sur les listes d’organisations terroristes“, a indiqué la direction. La notice rouge, qui équivaut à une inscription sur la liste des personnes les plus recherchées d’Interpol, a été publiée à la demande de la Chine, qui souhaite son extradition, a précisé la direction.

Les autorités marocaines ont informé Interpol et les autorités chinoises de l’arrestation, et le citoyen chinois a été déféré au parquet dans l’attente de la procédure d’extradition, a précisé la direction. La police marocaine n’a pas nommé publiquement l’homme arrêté, mais l’organisation non gouvernementale Safeguard Defenders l’a identifié comme étant Aishan – le groupe est spécialisé dans les cas de personnes détenues par la Chine.

Yidiresi Aishan, un ingénieur informatique de 33 ans et père de trois enfants, était basé en Turquie depuis 2012, où il travaillait comme concepteur Web et défenseur des Ouïghours, et avait des papiers de résidence, a déclaré son ami et collègue Abduweli Ayup. Il travaillait sur un journal en ligne de la diaspora ouïgoure et aidait d’autres défenseurs ouïgours à sensibiliser les médias et à recueillir des témoignages d’abus au Xinjiang.

Le Maroc a ratifié un traité d’extradition avec la Chine en 2017, parmi plusieurs traités de ce type que la Chine a conclus au cours des dernières années.

La Chine a décrit son enfermement généralisé d’un million ou plus de Ouïghours et d’autres minorités en grande partie musulmanes comme une “guerre contre le terrorisme“, après des coups de couteau et des attentats à la bombe commis par un petit nombre de Ouïghours extrémistes originaires du Xinjiang.

Selon des chercheurs, de nombreuses personnes innocentes ont été détenues pour s’être rendues à l’étranger ou avoir assisté à des rassemblements religieux, entre autres raisons.

Safeguard Defenders a lancé un appel aux ambassadeurs du Maroc à Washington et à Bruxelles pour qu’ils n’extradent pas Yidiresi Aishan.

TT


Fdesouche sur les réseaux sociaux