Fdesouche

13/07/2021

Quatre mois après sa violente agression dans le quartier Croix Rouge de Reims, Christian Lantenois, le photojournaliste de l’Union s’exprime pour la première fois à la radio. “Tout ça a bouleversé ma vie” nous a t’il confié.

Publicité

Le 27 février dernier, rue Jean Louis Débar, le photographe a été agressé par un groupe de jeunes et violemment frappé à la tête avec son propre appareil photo. 

Après des semaines dans le coma artificiel à l’hôpital de Reims, Christian Lantenois explique qu’il garde aujourd’hui de graves séquelles de son agression. “J’ai encore des problèmes de concentration, d’équilibre, j’ai une mémoire immédiate qui ne va pas bien, je fatigue vite et j’ai perdu de l’audition.” raconte le journaliste.

Aujourd’hui, Christian Lantenois se dit chanceux d’être entouré de “sa petite femme, qui est là tout le temps, tous les jours”

Quand on demande à Christian Lantenois ce qu’il éprouve à l’égard de ses agresseurs, il répond sans hésiter “de la colère” en qualifiant cette agression de gratuite. 

[…]

France Bleu


21/05/2021

Deux nouveaux suspects, mineurs, mis en examen pour l’agression d’un photojournaliste à Reims

L’un des mineurs, « né en 2004, sans antécédent au casier judiciaire mais déjà connu des services », a été mis en examen « du chef de tentative de meurtre aggravé, et participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations », détaille le procureur dans un communiqué.

« Il lui est reproché, en plus de sa présence à proximité immédiate […], d’avoir pris l’appareil photo de la victime avant qu’elle ne reçoive des coups, et l’avoir donné au principal mis en cause  déjà mis en examen début mars  qui a ensuite asséné des coups sur le crâne », précise-t-il.

[…]

Le second mineur présenté jeudi à un juge d’instruction, né en 2005, « au casier judiciaire vierge, mais également déjà connu des services » a été mis en examen pour non-assistance à personne en péril et participation à un groupement en vue de commettre des violences, poursuit Matthieu Bourrette.

Ces deux adolescents avaient été interpellés lors d’une opération menée le 18 mai, au cours de laquelle six autres mineurs, et cinq majeurs, ont été placés en garde à vue.

[…]

L’Obs via l’AFP


29/03/2021


06/03/2021

Présenté ce samedi matin au palais de justice de Reims dans le cadre de l’enquête ouverte après la violente agression de notre photographe Christian Lantenois, au quartier Croix-Rouge samedi dernier, Abasse Dianka, 21 ans, en est ressorti libre sous contrôle judiciaire. Après l’avoir mis en examen pour « non-assistance à personne en péril » et « participation à un regroupement armé en vue de préparer des violences », la juge d’instruction n’a pas demandé son placement en détention provisoire, au motif – notamment – qu’il n’avait porté aucun coup au journaliste.

Selon les éléments communiqués mercredi par le procureur de la République Matthieu Bourrette, Abasse Dianka est désigné comme étant l’individu « vu en train d’asséner plusieurs coups de bâton type « bâton de marche » en direction de la victime », alors allongée au sol après avoir été roué de coups par le principal suspect, mais « il semble que ces coups de bâton aient été assénés au sol et non à la tête ou sur le corps de Christian Lantenois. »

Français né à Reims en juin 1999, Abasse Dianka est déjà connu de la justice, notamment pour des affaires de stupéfiants. L’homme suspecté d’avoir violemment frappé le photographe, Anas Saïd Khebbeb, lui aussi âgé de 21 ans, est en détention provisoire depuis mercredi, après avoir été mis en examen pour « tentative de meurtre aggravé ».

L’Union


05/03/2021


Après l’agression du journaliste-photographe, Christian Lantenois, survenue samedi 27 février, dans le quartier Croix-Rouge, à Reims, le maire de la ville a tenu une conférence de presse, pour souligner les efforts accomplis par la ville dans ce secteur et appeler à plus de fermeté. 

(…) Si la Ville accorde 200.000 euros au quartier Croix-Rouge, l’Etat, lui-même, dans le cadre de la politique de la Ville y contribue autant. Et c’est au total 500.000 euros qui sont consacrés à ce quartier. Une médiathèque, une cité éducative, une école municipale des sports, Arnaud Robinet a rappelé tout ce que la Ville consacre comme moyens à ce quartier. Ce qu’il veut désormais, c’est plus de mixité, plus d’équilibre, et que l’on cesse de “dévoyer certains dispositifs pour obtenir un logement. Il faut peut-être tout remettre à plat, et en finir avec l’émotion à chaque drame “, a conclu le maire, en indiquant que les patrouilles de la police municipale seraient renforcées, notamment sur le campus santé.

(…) France 3


04/03/2021

L’éditorial du journal L’Union :



Quatre jours après l’agression dans un quartier sensible de Reims d’un photojournaliste pour « l’empêcher » de faire son métier, un jeune de 21 ans a été mis en examen pour « tentative de meurtre aggravée » et placé en détention provisoire. Le suspect, interpellé lundi, de nationalité algérienne, est soupçonné d’être celui qui a « porté les coups, d’abord avec les poings, ensuite avec l’appareil photo » du photographe, alors que ce dernier « exerçait son métier, et pour ce motif », a déclaré le procureur de la République de Reims Matthieu Bourrette, lors d’une conférence de presse.

(…) Le Point


03/03/21


01/03/21

Christian Lantenois, 65 ans, « lutte toujours pour rester en vie ». C’est ce qu’indique lundi matin sur Cnews Carole Lardot Bouillé, rédactrice en chef du journal L’Union.

Selon une source proche de l’enquête, aucune interpellation n’est encore intervenue, mais une analyse ADN était en cours sur une pierre retrouvée sur les lieux. 

[…]

Courrier-Picard


28/02/21

Journal L’Union du 28/02/21


27/02/21

Procureur de la République à Reims, Matthieu Bourrette a annoncé qu’une enquête pour tentative de meurtre avait été ouverte, après la violente agression de notre confrère photographe qui s’est produite dans l’après-midi de samedi, à proximité de la médiathèque Croix-Rouge. « Il est encore trop tôt pour connaître la nature de la blessure », a dit le procureur, qui s’est rendu sur place, en confirmant que le pronostic vital de notre confrère était engagé. Matthieu Bourrette a ajouté qu’« il semble que du matériel photographique ait été détruit ». Samedi à 19 heures, il n’y avait eu aucune interpellation.

L’Union


Un photographe à l’Union a été agressé et grièvement blessé, ce samedi 27 février, dans le quartier Croix-Rouge à Reims. Notre confrère a reçu un projectile à la tête. Il pourrait d’agir d’un pavé lancé par un groupe de jeunes. Il a été pris en charge par une équipe du Samu et son état reste très préoccupant.

Il était 14 h 30, ce samedi, quand la tension est montée d’un cran à Croix-Rouge. Informée d’une suspicion de blessure par balle, la police est intervenue à proximité du restaurant Quick. Finalement, il ne s’agissait que d’une rumeur. En revanche, une trentaine de jeunes sont apparus munis de barres de fer, de clubs de golf et d’extincteurs.


L’Union


Fdesouche sur les réseaux sociaux