Fdesouche

Paris sportifs : des campagnes de pub sur fond de clichés sur les banlieues font polémique (Le Parisien)

« BetClic khalass* » (BetClic régale, en arabe), « Tout pour la daronne » (Winamax), « Bête de plaisir, bêtes de paris » (ZeBet)… La publicité pour les paris en ligne est omniprésente en ce début d’Euro. Point commun entre ces campagnes : elles reprennent les codes urbains. Au point de susciter un débat de plus en plus vif sur les réseaux sociaux.

Publicité
[…]

« On n’est pas du tout axés sur les banlieues »

Comme beaucoup, ZeBet a lancé pour cet Euro une campagne aux codes urbains affirmés. « La clientèle des parieurs sportifs est composée d’hommes âgés en moyenne de 30 ans. Alors, forcément, on ne fait pas de la promo pour les gens de 50 à 60 ans. Mais contrairement à Winamax, on n’est pas du tout axé sur les banlieues, se défend Emmanuel de Rohan Chabot, directeur général de ZeBet. On est très prudents, on n’a pas envie qu’on nous reproche d’entraîner des addictions dans une population très vulnérable. »

[…]

« On ne peut pas battre le hasard »

Même la FDJ, dont l’Etat est actionnaire majoritaire, s’y est mis. L’opérateur historique avait lancé dès 2019 le slogan « Mettre la daronne à l’abri », pour Parions Sport, encore plus explicite que celle de la marque au W rouge. « Clairement préoccupée » par l’envolée des paris sportifs en ligne (+ 79 % sur un an), la présidente de l’ANJ cherche un équilibre entre la liberté de différenciation des opérateurs et des mesures d’encadrement concrètes : « Le risque, en supprimant la publicité, est que les joueurs se reportent sur l’offre illégale. Le législateur encadre le contenu et on réfléchit à des modalités pour la limiter. »

[…]

Le Parisien


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux