Fdesouche

18/06/2021

Interpellé lundi, l’auteur d’agressions verbales et physiques à Nédonchel avait été placé en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Saint-Pol. Celle-ci avait été prolongée jusqu’à ce mercredi matin, au terme de laquelle l’Iranien de 25 ans a été admis en unité de soins à l’EPSM (établissement public de santé mentale) de Gauchin-Verloingt.

Hébergé au centre d’accueil et d’examen des situations (CAES) de la commune, géré par la Vie active depuis fin 2017 (Anciennement une Maison de Retraite), il lui est reproché d’avoir violenté trois femmes, légèrement blessées suite à des coups de poing et des bousculades. Deux sont employées dans le centre, âgées de 33 et 56 ans ; la troisième est une Iranienne de 35 ans. Le comportement de l’individu, qui aurait tenu des propos incohérents, laissait alors supposer une crise de démence.

CAES

Le parquet d’Arras, sollicité, entrevoit une possible irresponsabilité pénale dans cette affaire suite au diagnostic posé par le psychiatre en charge de l’examen du jeune migrant. La délivrance d’un certificat médical devra toutefois le confirmer.

La Voix du Nord


16/06/2021

Un important dispositif de secours et de gendarmerie a été déployé lundi matin vers 10 heures au centre d’accueil et d’examen des situations (CAES) de Nédonchel, établissement géré par La Vie active qui accueille des migrants depuis décembre 2017. Un homme de 25 ans, de nationalité iranienne, a été interpellé par les gendarmes de Saint-Pol. Il lui est reproché d’avoir agressé verbalement et physiquement trois femmes, qui ont été légèrement blessées suite à des coups de poing et des bousculades. Il s’agit d’une Iranienne de 35 ans, elle aussi hébergée au CAES, et de deux employées du centre, âgées de 33 et 56 ans. Les trois victimes ont été transportées par les sapeurs-pompiers au centre hospitalier de Beuvry.

L’homme à qui il est reproché d’avoir commis cette agression, s’exprime uniquement dans sa langue et en anglais. Il souffrirait de troubles psychologiques et aurait tenu des propos incohérents, voire des menaces de mort. Son comportement s’apparente à une crise de démence. Il a été placé en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Saint-Pol, où il se trouvait toujours ce mardi matin.

Le maire du village, Frédéric Diaz, précise qu’un projectile, en l’occurrence un élément du muret du centre, aurait également été jeté dans la vitre d’une habitation voisine, qui a été brisée par l’impact.

[…]

La Voix du Nord


En Lien :

Nédonchel (62) : une quarantaine d’habitants réunis pour dire « Non aux migrants »


Fdesouche sur les réseaux sociaux