Fdesouche
Cinéma : Dylan Robert, une vie plus forte que le cinéma

Il est des histoires qui vous emmènent là où vous ne l’imaginiez pas. En janvier 2020, peu avant que le monde ne bascule dans l’incertain, je m’intéresse à Dylan Robert, l’acteur récompensé par le césar du meilleur espoir, un an plus tôt, pour son rôle dans Shéhérazade. Le souvenir de son talent ne m’a pas quittée. Que devient-il ? Ce prix a-t-il changé sa vie comme on le lui promettait ? Ou a-t-il rejoint la liste des espoirs évanouis ? Par chance, j’apprends qu’il a continué à tourner dans une série d’horreur fantastique pour NetflixVampires, puis le film ADN de Maïwenn, avec Fanny Ardant et Louis Garrel. Peu à peu, il s’envole ; le cinéma n’est pas passé à côté de sa densité. Il a 20 ans et je veux qu’il me raconte. Pourtant, personne ne me répond autour de lui. Des silences gênés, deux ou trois mots qui signifient : « On vous rappellera, merci. » Cette opacité m’intrigue. Je finis par en parler à un ami souvent bien informé, qui se retient d’éclater de rire :

« Mais il ne te répondra jamais, ton Dylan Robert. Il est en prison…

– Pardon ?

– Tu ne savais pas ? Il a été arrêté par la crim. »

Quelques jours plus tard, La Provence, suivie par le site du Monde, confirme son arrestation de manière sibylline. Et puis, plus rien. De nouvelles questions restaient sans réponses. Que s’était-il passé ? Quelle force mystérieuse avait pu précipiter un acteur plein de promesses vers l’abîme ? Des rendez-vous manqués aux chemins détournés, il ne sortait rien. Dylan Robert avait disparu de nos mémoires. Mais il était forcément quelque part, il fallait que je le retrouve. (….)

www.vanityfair.fr


Fdesouche sur les réseaux sociaux