Fdesouche

En janvier 2021, Koco Virginie Galy, une ressortissante britannique formule une demande de titre de séjour auprès de la préfecture de Haute-Garonne. Quatre mois plus tard, elle reçoit le document avec la photo d’un homme dessus. Un nouveau titre de séjour devrait lui être envoyé dans les prochains jours. 

[…]

« Je ne comprends pas comment dans un pays comme la France ce genre d’erreur peut se produire, s’agace-t-elle. Je me déplace pour fournir toutes les pièces justificatives et au final, le résultat n’est pas bon. J’ai écrit au préfet pour dénoncer la situation ».

[…]

Cette (mauvaise) expérience lui laisse un goût amer. En 2017, Koco Virginie Galy quitte l’Angleterre pour Toulouse. Lieu de résidence de son époux. Deux ans plus tard, la ressortissante britannique engage des démarches pour se faire naturaliser. Mais déjà à cette époque, rien ne s’est déroulé comme prévu. « J’ai été très patiente. J’ai attendu de long mois. En espérant une réponse. J’ai finalement appelé la préfecture qui m’a dit que mon dossier avait été égaré… », se souvient la Toulousaine, encore en colère.

L’imbroglio autour de son titre de séjour l’a fait changer d’avis sur son envie de naturalisation .« Je pense que je vais me contenter de ce document. Enfin, s’il arrive correctement, raille-t-elle. Cela ne me donne pas envie de me faire naturaliser. Je passe beaucoup de temps au Royaume-Uni. Le titre de séjour me permet de circuler librement ici depuis le Brexit ». Koco Virginie Galy ajoute : « En Angleterre, les démarches pour que mon mari obtienne son titre de séjour ont été très simples. En quelques semaines, il l’a obtenu. »

Malgré l’absence d’un titre de séjour ou d’un récépissé pour prouver que la demande a été acceptée, la Toulousaine est en situation régulière.

La Dépêche


Fdesouche sur les réseaux sociaux