Fdesouche

Bousculé et frappé à coups de poing – S.*, 15 ans, de Dietikon ZH, a été battu au point d’être hospitalisé en avril. Avec ses amis, l’adolescent avait prévu de jouer au basket sur le terrain d’une école de Dietikon ce jour-là. “Plusieurs adolescents nous ont demandé s’ils pouvaient jouer. Comme nous avons dit non, ils ont commencé à nous provoquer et à nous insulter”, raconte S.

Publicité

Soudain, la situation s’est aggravée, a-t-il dit. “Un des membres de l’autre groupe s’est approché de moi, m’a poussé et m’a frappé plusieurs fois au visage avec son poing”. Lorsque ses collègues ont essayé de l’aider, ils ont retenu plusieurs jeunes de l’autre groupe, a-t-il dit. “Encore et encore, il m’a poussée et frappée. Je suis tombé sur le sol, noircissant mes yeux pendant un moment.”

Finalement, il a réussi à monter sur son vélo et à s’enfuir. “J’ai appelé mon père et il a alerté la police.” Il a ensuite été emmené à l’hôpital, a-t-il précisé. “Ma pommette et mon os nasal étaient cassés. J’ai dû subir une opération. Au cours du processus, des plaques de métal ont été insérées en moi.” Comme le dit S., la prochaine opération suivra déjà dans une demi-année. “Ils vont ensuite retirer la plaque métallique de mon os nasal. La plaque de métal sur la pommette, par contre, je dois la porter pour le reste de ma vie.”


Pendant ce temps, l’adolescent de 15 ans va un peu mieux physiquement, dit son père A.* « Mais il a peur de retourner à l’école et de croiser son agresseur » Selon A., l’auteur présumé des faits est un camarade de classe du même âge que son fils. L’homme de 45 ans exige : “Il devrait être expulsé de l’école et sévèrement puni.”

Selon Pier Antonio Chalfajew, responsable de l’éducation à l’école de Dietikon, l’incident s’est produit dans l’enceinte de l’école en dehors des heures de cours. “La police cantonale et le ministère public de la jeunesse étant impliqués, l’école ne peut fournir aucune information sur une affaire en cours.” Le Parquet de la jeunesse Limmattal/Albis a ouvert deux enquêtes pénales respectivement pour coups et blessures. “Les enquêtes criminelles sont toujours en cours. La présomption d’innocence s’applique”, déclare Sarah Reimann, porte-parole.

20Min.CH


Fdesouche sur les réseaux sociaux