Fdesouche

26/05/2021

Naima, la mère du bébé secouru à Ceuta : “J’étais très angoissée, ils allaient me jeter de mon appartement, je n’avais pas de travail, pas même de quoi manger avec trois enfants, je n’ai pas réfléchi et je me suis jetée à la mer“, a raconté Naima, expliquant que non seulement elle est partie avec son bébé, mais que deux autres enfants se sont également jetés à la mer pour rejoindre l’Espagne.

Publicité

La jeune femme est très reconnaissante envers Juan Francisco, le plongeur qui l’a aidée. Elle assure qu’elle aimerait le rencontrer : “Je lui ai demandé de l’aide parce que j’avais peur que ma fille se noie“.

Elle ajoute qu’elle est toujours à Ceuta, mais qu’elle se cache avec les trois enfants avec lesquels elle est entrée, de peur d’être renvoyée au Maroc.

La femme demande que son cas ne soit pas oublié et demande l’aide du gouvernement espagnol pour pouvoir rester. “J’ai peur, je leur demande de me donner une chance et de nous accueillir, moi et mes enfants“, dit-elle, craignant d’être renvoyée car, comme elle le dit, de nombreuses personnes sont mortes dans son pays depuis que les frontières sont fermées en raison de la pandémie.

El Faro


20/05/2021

Note de l’équipe de Fdesouche :

Nous ne remettons pas en cause la question de la survie du bébé mais le récit médiatique. Cette photo a été publiée par l’Espagne pour illustrer l’irresponsabilité du Maroc qui utilise les migrants pour régler ses comptes avec l’Espagne. Elle est récupérée par les médias internationaux pour culpabiliser les opinions publiques occidentales au sujet de la question des migrants. Ce sont toutes ces instrumentalisations sur le dos d’un bébé que nous dénonçons.

Décryptage :

Plan large de la scène

17 Mai 2021

La version des médias :

Le bébé, âgé de deux mois, serait en bonne santé après avoir été sauvé des eaux glacées.

Le cliché diffusé par le compte Twitter de la garde civil espagnole symbolise la vague migratoire à laquelle l’enclave espagnole de Ceuta, en face de Gibraltar, a fait face le 17 et 18 mai. Juan Francisco Valle, garde civil de 41 ans, membre du Groupe spécial pour les activités sous-marines (GEAS) de Ceuta, tient hors de l’eau un nourrisson qui ne semble pas réagir.

Le Figaro


Fdesouche sur les réseaux sociaux