Fdesouche

Pour les quelque six millions de Français d’origine algérienne, le vent semble tourner. Jeudi, au lendemain de l’Aïd-el-Fitr, la fête qui marque la fin du ramadan, le ministre de la Santé du pays a annoncé un sacré revirement. Un test PCR de moins de 36 heures et une quarantaine de 10 jours pour les cas positifs (aux frais du voyageur dans des hôtels requis à cet effet) devraient permettre de nouveau les entrées sur le sol algérien.

Publicité

Las, ce samedi, dans un entretien à visa-algerie.com, le Pr Riad Mehyaoui, membre du Comité scientifique, a semblé contredire l’annonce du ministre de la Santé. « Nous avons parlé de personnes qui viendraient dans le cadre de missions professionnelles et dont la présence est nécessaire pour le bon fonctionnement de notre économie. Nous n’avons traité que cet aspect-là. Pour les autres aspects, nous n’en avons pas parlé », explique-t-il. […]

Il est par exemple devenu très difficile pour la France de renvoyer en Algérie les sans-papiers invités à quitter le territoire ou les sortants de prisons frappés d’une interdiction de séjour. « On négocie au cas par cas, confie un fonctionnaire. Notre priorité, c’est qu’ils acceptent de reprendre des individus radicalisés. En échange, nous accordons des visas pour les hommes d’affaires algériens. […]

Le Parisien

(Merci à @Kampuchea)


Fdesouche sur les réseaux sociaux