Fdesouche

« Décrochage » du catholicisme, progression des « sans religions », essor de certaines croyances, brouillage des frontières : l’époque est marquée par plusieurs « reconfigurations » du religieux, affirment deux sociologues, dressant un portrait détaillé de la France de 2021 dans ce domaine.

Jean-Paul Willaime et Philippe Portier, respectivement directeur d’études émérite et directeur d’études à l’École pratique des hautes études, auteurs de « La religion dans la France contemporaine » (Armand Colin, 2021) expliquent combien « la façon d’être religieux, ou de ne pas l’être », a littéralement changé depuis quatre décennies.

Fait déjà connu, ils notent une « très forte “décatholicisation” de la société ». En 1981, 70 % des Français se disaient catholiques mais ils ne sont plus que 32 % actuellement, rappellent-ils, se basant sur les enquêtes européennes EVS.

Ils observent aussi une importante croissance des personnes se déclarant « sans religion » : les « sans religion indifférents », qui sont 37 % (contre 18 % en 1981), et les « athées convaincus », qui représentent 21 % (9 % en 1981).

Autre constat : la catégorie des autres religions (musulmans, protestants, juifs, etc.), progresse fortement, passant, en 70 ans, de 2 % à 10 % de la société. Une augmentation principalement due à la croissance du nombre de personnes se disant musulmanes (6 %) ou protestantes évangéliques (2 %).

[…]

Le Télégramme


(Merci à Augier Boward)


Fdesouche sur les réseaux sociaux