Fdesouche

Le grand joueur de base-ball Jackie Robinson était un exemple vivant d’athlétisme et de bonne santé apparente. Il a pratiqué quatre sports à l’UCLA et est devenu le premier Noir à jouer dans la ligue majeure de base-ball.

Et pourtant, le héros sportif et champion des droits civiques est mort à 53 ans, presque aveugle, d’une crise cardiaque, avec un diabète sous-jacent et des complications associées.

Lorsque Robinson est mort le 24 octobre 1972, peu de chercheurs étudiaient les disparités en matière de santé. On ne savait pas encore que les facteurs sociaux et le stress affectaient grandement la santé, et que le racisme et la discrimination contribuaient aux mauvais résultats en matière de santé dans les communautés de couleur. Moins de gens s’intéressaient aux écarts raciaux et ethniques en matière d’espérance de vie.

Depuis la mort de Robinson, cependant, la recherche a montré qu’un racisme structurel et quotidien durable peut avoir de graves conséquences négatives sur la santé.

Nous sommes des chercheurs qui examinons les disparités en matière de santé mentale et physique dans les populations marginalisées. Nous ne pouvons nous empêcher de nous interroger : Le racisme a-t-il tué Jackie Robinson ? Et sa vie – et sa mort précoce – peuvent-elles aider à comprendre les mécanismes qui sous-tendent la façon dont le racisme tue ?

[…]

University of California


Fdesouche sur les réseaux sociaux