Fdesouche

Le Hongrois Zsolt Petry, entraîneur des gardiens du Hertha Berlin depuis 2015, s’était lâché dans une interview contre la politique migratoire de l’Union européenne et avait reproché au gardien de la sélection hongroise son soutien aux homosexuels dans le pays. Il a été licencié ce mardi.

Le Hertha Berlin a viré mardi son entraîneur des gardiens, le Hongrois Zsolt Petry, au club depuis 2015, pour des propos dans la presse de son pays qui « ne reflètent pas (ses) valeurs » comme indiqué dans un communiqué.

L’Equipe


Le Communiqué du club Hertah Berlin :

La direction de Hertha Berlin a décidé de libérer Zsolt Petry avec effet immédiat à propos de certaines déclarations de L’entraîneur de gardien Zsolt Petry dans une interview que le club ne connaissait pas auparavant avec le journal hongrois « Magyar Nemzet », après un examen intensif et des conseils. Hertha Berlin a signé la Charte de la diversité et, en tant qu’association, elle défend activement des valeurs telles que la diversité et la tolérance, parce que ces valeurs sont importantes pour nous. Cela ne se retrouve pas dans les déclarations de Zsolt Petry, qu’il a publiquement faites en tant que collaborateur.

« Le travail de Zsolt Petry a toujours été très apprécié au cours de ses années chez Hertha Berlin. De même, il était toujours ouvert, tolérant et serviable. Il n’a jamais agi de manière homophobe ou xénophobe « , a déclaré le PDG Carsten Schmidt. « Tout en appréciant les subtilités de traduction et le fait que certaines déclarations de Zsolt aient été omises dans l’interview sans consultation préalable à la publication, nous avons finalement dû constater que les déclarations faites ne correspondaient pas globalement aux valeurs de Hertha Berlin. Nous remercions Zsolt Petry pour le travail accompli et lui souhaitons bonne chance pour l’avenir » , ajoute notre président de la direction.

Zsolt Petry déclare : « Je tiens à souligner que je ne suis ni homophobe ni xénophobe. Je regrette vivement ma déclaration sur la politique d’immigration et je voudrais présenter mes excuses à toutes les personnes qui cherchent refuge chez nous et que j’ai insultées. J’aimais beaucoup travailler pour Hertha Berlin et je respecte cette décision. Je souhaite bonne chance à tous chez Hertha BSC pour l’avenir. »


L’interview de Zsolt Petry est disponible intégralement sur le site du quotidien conservateur Magyar Nemzet :


Ici, en Hongrie, ce n’est pas seulement le football, mais l’opinion de l’un des meilleurs joueurs de football hongrois, Péter Gulácsi, qui a soutenu publiquement la campagne “La famille, c’est la famille”, qui a soulevé la poussière. En tant qu’ancien vainqueur du championnat d’Europe des jeunes, membre de l’équipe nationale et ancien gardien de but, qu’en pensez-vous ?

Zsolt Petry : Je considère que l’un des problèmes les plus graves est la baisse significative du niveau d’expression. Nous, les représentants du camp national, attendons de l’autre camp qu’il écoute notre point de vue. La majorité de la société hongroise n’est pas d’accord avec l’opinion libérale de Péter Gulácsi sur les familles arc-en-ciel. C’est pourquoi beaucoup ont commencé à le critiquer, même si l’expression d’opinions n’est pas moralement attaquable. Après tout, Péter a simplement défendu ses principes. En principe, il ne peut et ne doit pas être condamné pour avoir exprimé son opinion. Que les gens soient d’accord ou non avec sa position est une autre question. Si j’étais un athlète à sa place, je me concentrerais sur le football et ne formulerais pas d’opinions publiques sur des questions de politique sociale. Je ferais le travail que mon club et l’équipe nationale hongroise attendent de moi. Les positions sur les questions sociales divisent l’opinion publique. Des athlètes comme Péter Gulácsi sont aimés parce qu’ils défendent avec bravoure, attrapent un penalty ou défendent le but avec un écusson hongrois sur le cœur. Il est totalement inutile de se faire des ennemis à travers une seule manifestation politique, surtout pour un gardien de but de niveau européen. Cependant, je ne sais pas ce qui aurait pu motiver Péter à prendre position en faveur des homosexuels, des travestis et des autres identités de genre. Je n’aurais certainement pas suscité d’émotions à sa place.

Avez-vous une opinion sur les questions de politique sociale ? Vous avez mentionné un côté patriotique, avez-vous de la sympathie pour les conservateurs ?

Zsolt Petry : Entièrement. Je n’arrive même pas à comprendre comment l’Europe est capable de sombrer dans les profondeurs morales où elle se trouve actuellement. La politique d’immigration est pour moi la manifestation du déclin moral. Nous devrions continuer à vivre nos vies en Europe selon les valeurs nationales que nous avons apprises au fil des ans. L’Europe est un continent chrétien et je suis réticent à l’idée d’assister à la dégradation morale qui balaie notre continent. Les libéraux amplifient les contre-opinions : si vous ne considérez pas l’immigration comme une bonne chose parce qu’un nombre effrayant de criminels a déferlé sur l’Europe, vous êtes taxé de raciste. Cela ne devrait pas être permis, l’opinion des autres est de moins en moins tolérée, surtout si l’est une opinion conservatrice.


Fdesouche sur les réseaux sociaux