Fdesouche

05/04/2021

Elle était devenue le symbole de l’intégration et de la diversité. Sihame El Kaouakibi est née il y a 34 ans dans la région d’Anvers au sein d’une famille marocaine de 7 enfants. Après son master de la VUB en Sciences de l’Enseignement, la jeune femme fait de l’intégration des jeunes dans le monde du travail son combat.

[…] Populaire, charismatique, la jeune femme est courtisée par les partis politiques. Elle choisit finalement l’Open VLD, les libéraux comptant sur elle pour faire de l’ombre à Bart De Wever à Anvers. Elle est élue en 2019 au parlement flamand mais son destin est aujourd’hui fracassé. […]

Où est allé tout cet argent ? La question se pose au regard des nombreux investissements immobiliers réalisés depuis 5 ans par Sihame El Kaouakibi et sa compagne, comme il ressort de l’enquête de nos confères de VTM. En 2016, elle achète deux parcelles de terrain à Edegem non loin d’Anvers pour 500.000 euros. En 2018, la maison juste à côté pour un montant de 400.000 euros, sans compter la rénovation. La villa avec piscine était louée 650 euros par jour sur Airbnb.

En février 2020, la députée achète une maison au cœur d’Anvers pour 815.000 euros. C’est là qu’elle vit actuellement avec sa compagne. Six mois plus tard, elles achetaient une autre maison dans le centre d’Anvers pour 750.000 euros… Soit 2 millions et demi d’investissements, sans compter les travaux facturés aux asbl mais réalisés au domicile privé. 

L’Open VLD a lancé la procédure d’exclusion de la jeune femme. Bart De Wever, le bourgmestre d’Anvers, a promis d’éplucher chaque facture. Quant au ministre président flamand, Jan Jambon, il estime que tout subside détourné devra être remboursé. La justice a été saisie.

RTL

31/03/2021

La députée de Flandre, Sihame El Kaouakibi, de l’Open Vld(  Libéraux et démocrates flamands ) est soupçonnée d’avoir détourné 200 000 euros de subsides pour un dressing dans son habitation privée. La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden a chargé le SPF (Service Public Fédéral) Intérieur d’éplucher les factures de l’asbl WeLoveBXL fondée par Sihame El Kaouakibi, confirme son cabinet mardi. Ce projet “jeunesse” est né dans le contexte du Plan Canal développé par l’ancien gouvernement de Charles Michel, dans le cadre de la lutte contre le radicalisme et le terrorisme.

La députée flamande Sihame El Kaouakibi de l’Open Vld a fondé l’association WeLoveBXL en 2018 dans la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean. Au total, l’asbl a reçu 200.000 euros de subsides. Mais selon un e-mail dont VTM a obtenu copie, une partie de ce subside aurait été utilisé pour un dressing dans l’habitation privée de Mme El Kaouakibi. La ministre de l’Intérieur a dès lors décidé d’éplucher les factures de l’asbl, indique son cabinet, confirmant une infirmation publiée par Het Nieuwsblad. Sihame El Kaouakibi est dans la tourmente depuis un certain temps en Flandre dans une affaire concernant l’affectation des subsides accordées à son asbl anversoise Let’s Go Urban.

Plus de 450.000 euros auraient été détournés au profit d’autres activités de la libérale. Selon un rapport rédigé par l’avocat et ancien ministre socialiste Johan Vande Lanotte et rendu public fin février, il n’y a pas eu d’enrichissement personnel ou de mauvaise utilisation des subsides malgré une “gestion financière bâclée” et ‘”un manque de transparence interne”.

RTL

21/02/2021

Le président de l’Open Vld, Egbert Lachaert, a demandé à la commission statutaire du parti de qualifier temporairement Sihame El Kaouakibi de “non-active” au sein de l’Open Vld. La raison ? La célèbre asbl anversoise de danse Let’s Go Urban de la députée est soupçonnée de malversations financières. Retour sur une saga qui a commencé le 3 février.

(…)

Cette entrepreneuse sociale arrivée en politique un peu avant les élections de mai 2019 donne du fil à retordre au président de l’Open Vld, Egbert Lachaert : des soupçons de malversations financières planent sur son asbl Let’s Go Urban Academy.


(…)


À la suite de la démission de trois administrateurs et d’une enquête par la ville d’Anvers, le juge du tribunal de commerce d’Anvers a nommé un administrateur provisoire. Il surveille les opérations quotidiennes pendant les trois prochains mois et assure en même temps le suivi d’une enquête sur les flux d’argent.

50.000 euros de soutiens

Mais la saga El Kaouakibi ne s’arrête pas là. Cinq jours après l’annonce de cet audit externe, le journaliste Wouter Verschelden révèle dans la newsletter 8AM que l’Open Vld a versé 50.000 euros à la jeune entrepreneuse pour la soutenir dans son lancement en politique.

Gwendolyn Rutten, alors encore présidente l’Open Vld, a réagi sur Facebook : cette décision se justifiait par le “positionnement unique” de cette entrepreneuse. “Notre parti a jugé à ce moment-là que ces investissements financiers dans le lancement politique professionnel de Sihame El Kaouakibi constituaient un bon investissement pour l’ensemble du parti, à Anvers et ailleurs”.


(…)


Ce soutien financier à une nouvelle candidate novice en politique (“lapin blanc” en néerlandais) fait grincer des dents en interne. “C’est un coup dur pour tous ceux qui se consacrent chaque jour au parti libéral, qu’ils soient jeunes, mandataires ou bénévoles, a déclaré Tess Minnens, la présidente de Jong VLD, dans l’émission Terzake (VRT).

Le premier échevin de Courtrai Open VLD, Wout Maddens, manifestait à son tour son mécontentement sur Twitter en postant une photo de Gwendolyne Rutten et de Sihame El Kaouakibi avec comme commentaire : “Entrepreneuriat social : à gauche, on dit des conneries, à droite, on se remplit les poches.

www.rtbf.be


Fdesouche sur les réseaux sociaux