Fdesouche

Pendant la campagne pour la mairie de Bergerac, le candidat du Rassemblement national s’en était pris à un adversaire, Adib Benfeddoul, à travers un tract qui dénonçait une “politique d’islamisation”.

Mardi 16 mars, Robert Dubois était jugé devant le tribunal correctionnel de Bergerac (Dordogne) pour provocation à la discrimination. Il lui était reproché un tract distribué fin septembre 2019, alors que la campagne pour les municipales avait débuté. Dessus, y était nommément visé Adib Benfeddoul, qui avait déposé plainte . L’un et l’autre étaient candidats.

« Bergeracois, réagissez avant qu’il ne soit trop tard », débutait le tract incriminé. Suivait une critique du mandat du maire sortant, Daniel Garrigue, sous lequel « la ville s’islamise ». Puis venaient des exemples : le jumelage noué avec la ville marocaine de Kénitra, « la construction d’une mosquée gigantesque », « d’une école coranique » (1), le décor des « ronds-points de pièces d’architecture orientale ».

Et de conclure : « dans la continuité de cette politique d’islamisation, une liste menée par Adib Benfeddoul vous sera présentée […] à laquelle nous nous opposerons par la création d’une liste de rassemblement ». Suivait un coupon à retourner pour soutenir l’action de Robert Dubois, à l’époque conseiller régional Rassemblement national.

(…)

(1) La Ville de Bergerac avait vendu un terrain à l’Association des musulmans de la Dordogne qui, dessus, a construit une mosquée. L’édifice n’est pas encore terminé. Il comprend notamment des salles de classe.

Sud Ouest

Merci à René


Fdesouche sur les réseaux sociaux