Fdesouche

MeToo est passé par là. Ce vendredi, le festival du film de Berlin, l’un des plus importants d’Europe, a bousculé les codes en décernant, pour la première fois, un prix d’interprétation “non-genré”. Jusqu’à cette année, le jury élisait un meilleur acteur et une meilleure actrice, qui obtenaient alors chacun un Ours d’Argent.  […]

Dans le milieu cinématographique, nombreux et nombreuses sont ceux qui ont applaudi la décision de la Berlinale, en pointe dans le combat pour l’égalité des genres. Pour la réalisatrice libanaise Joana Hadjithomas par exemple, il s’agit d’un “acte symbolique politique fort”. “Cela permet d’ouvrir aussi la porte à un débat plus large, notamment la question de qui doit jouer les rôles de lesbiennes, gays, non-binaires, etc.” renchérit encore l’actrice allemande Maren Eggert.

Tant mieux, c’était l’objectif recherché par Mariette Rissenbeek, co-directrice de la Berlinale. Elle explique : “Nous pensons pouvoir faire avancer les débats sur l’égalité. Et nous prenons en compte aussi les personnes qui ne veulent pas se voir assigner un genre.” […]

Le Dauphiné Libéré


Fdesouche sur les réseaux sociaux