Fdesouche

Le projet porté par un proche de Julien Denormandie et de Jean-Louis Borloo devait former au journalisme et à la communication des étudiants issus des quartiers populaires. Malgré plus d’un million de subventions, la trésorerie est en berne et les salaires accusent des mois de retard.

Le signal d’alarme est cette fois tiré publiquement. Dans une lettre ouverte diffusée ce vendredi 5 mars par le SNJ et le SNJ-CGT, les deux principaux syndicats de la profession, la quasi-totalité des 90 journalistes et apprentis-reporters de L’Agence des quartiers lancent l’alerte sur « la situation extrêmement préoccupante de leur structure et la gestion désastreuse de son président et fondateur, M. Guillaume Villemot »….

À l’origine, le projet était flamboyant : installer des antennes de cette agence de presse nouveau genre un peu partout dans les quartiers populaires de France, y compris dans les territoires d’outre-mer, et confier à chaque fois les clés à quatre journalistes professionnels. Charge à eux de former en un an une douzaine d’étudiants, en alternance et donc rémunérés, de 18 à 30 ans et sans expérience journalistique. Ensemble, professionnels et apprentis doivent produire des contenus originaux, vendus à des partenaires médiatiques et institutionnels.

Quelques semaines par an, les étudiants sont également formés, soit par l’École supérieure de Lille, l’une des plus prestigieuses de la profession, soit par l’EMI (École des métiers de l’information) à Paris. Après 448 heures de formation dans l’année, chacun obtient une certification professionnelle, qui n’est cependant pas reconnue comme un diplôme universitaire. …

Médiapart


Fdesouche sur les réseaux sociaux