Fdesouche

Delphine Aslan propose depuis quelques années des ateliers d’œnologie à destination des femmes et des personnes queers. Dans des bars ou à domicile, la caviste de formation veut créer des moments de convivialité autour de cuvées à déguster sans complexe.

En quoi consistent les dégustations «en mixité choisie» que vous organisez avec votre association Œnologouine ?

Ce sont des soirées ouvertes à tout le monde sauf aux hommes cis. […]

Avez-vous déjà reçu des reproches concernant le choix de la mixité choisie ?

On m’a déjà demandé d’accepter exceptionnellement la présence d’un homme lors d’un atelier, en arguant notamment qu’il était «très gentil». Je le conçois tout à fait mais je tiens à respecter mon principe jusqu’au bout. Un homme, même «très gentil», peut suffire à intimider. Sa seule présence peut enlever la spontanéité du groupe. Alors c’est bien s’il est «très gentil», mais dans ce cas, je l’invite à aller être «très gentil» ailleurs. Autrement dit, dans les autres ateliers d’œnologie qui lui sont ouverts, c’est-à-dire tous [Rires].

Libération