Fdesouche

L’influence de l’islam se développe dans les banlieues françaises

Huit jours de plus, puis les Français voteront au premier tour de l’élection présidentielle. Quel que soit le président qu’il ou elle deviendra, il devra faire face aux problèmes croissants de la banlieue française.

En plus d’un chômage et d’une ségrégation élevés, l’islam fondamentaliste s’empare de plus en plus de la communauté musulmane.

L’influence de l’islam se développe dans les banlieues françaises
Non loin de Paris se trouve la banlieue de Trappes, une banlieue toujours qualifiée de dangereuse: avec le trafic de drogue, les jeunes sans avenir et les tristement célèbres émeutes de 2005. Puis nous y étions et nous avons filmé la gare routière de Trappes qui a été incendiée .

Nous nous sommes ensuite entretenus avec Abdel Houari, un jeune cinéaste préoccupé par la colère des jeunes de son quartier. “Ce ne sera jamais bien si le gouvernement ne fait rien pour les jeunes”, avait-il déclaré à l’époque.

Douze ans plus tard, nous le rencontrons à nouveau. Il est passé d’un garçon moyen à un musulman strict. “La foi est un mode de vie. Il n’y a pas un seul moment de la journée – du lever au coucher du soleil – où je ne pratique pas ma foi.”

Brigade de hajj
Qu’est-il arrivé à Abdel? Il décrit lui-même un quasi-accident, après quoi il a vu la lumière. Mais après un nouvel interrogatoire, il raconte l’histoire de la brigade du hajj il y a quelque temps, dans sa banlieue.

«C’est un petit groupe de vieillards qui prêchent. Ils descendent dans la rue, dans les quartiers et sont comme des travailleurs sociaux», dit Abdel. “Ils parlent aux jeunes et disent: Votre moto fait du bruit. Vous vous tenez à côté des gens plats et ennuyeux. Venez à la mosquée pour adorer Dieu. Alors vous vous retrouverez en paix, que vous trouverez la paix spirituelle.”

“Partout dans le monde, j’ai dit que la France était idéale. Pour être honnête, je ne le pense plus.”

Abdel Houari

Le jour d’Abdel est déterminé par les prières. Il a perdu quatre-vingts pour cent de son travail pour les artistes français, car la musique est interdite. Il réalise maintenant des vidéos religieuses pour les jeunes. Son lien avec l’État français semble coupé.

“J’ai longtemps porté le drapeau de la France. J’ai dit partout dans le monde que la France était idéale. Pour être honnête, je ne le pense plus”, dit Abdel. Selon lui, la France discrimine et le pays est devenu raciste.

Trappes a changé en douze ans. Les façades ont été rénovées, mais le chômage est plus élevé que jamais. Vous n’obtiendrez pas un emploi avec une adresse à Trappes. Et l’Islam est visible partout.

En 2007, peu de choses étaient visibles. Nous avons ensuite parlé à un groupe de sept femmes, dont Aïcha Akafou, une mère inquiète. Elle a plaidé pour une approche sévère des jeunes nuisibles du quartier.

Radicalisation
À l’époque, les femmes portaient des vêtements d’été et avaient les bras nus. Maintenant, quatre de ces sept femmes sont très voilées et ne veulent plus parler. Seule Aïcha veut me rencontrer, au centre communautaire du quartier. En plus de son travail d’inspecteur des assurances, elle a créé une association avec d’autres parents contre la radicalisation de l’islam.

“Ils recherchent une identité. Il y a le chômage et la pauvreté. Il y en a beaucoup qui rendent la vie difficile”, dit-elle. “Pour échapper à leur situation difficile, les gens recherchent autre chose qui puisse les aider dans leur vie quotidienne.”

Aïcha remarque que plus de femmes s’isolent et ne viennent même pas aux soirées spéciales des femmes. “Il y en a de moins en moins parce que la musique est interdite. Donc ces femmes ne viennent plus à ces soirées.”

L’influence croissante de l’islam est perceptible au Lycée de Trappes. Pas en classe, car le foulard est interdit en France. Ici, les élèves obtiennent les meilleurs résultats de la région, mais le professeur de philosophie a vu l’atmosphère changer.

«J’ai remarqué que certains élèves de la classe ont indiqué qu’ils ne voyaient pas le salafisme et l’intégrisme tels qu’ils étaient décrits dans les médias, mais qu’ils étaient louables et tout à fait normaux», déclare Didier Lemaire, professeur de philosophie.

“Cela m’inquiétait. Parce que pour moi il y a une nette différence entre une croyance et une position que vous vous coupez du reste du monde. Mes étudiants ne sont généralement pas fondamentalistes, pas salafistes, mais ils y arrivent. En contact avec tout le temps », dit Lemaire.

La plus grande mosquée de Trappes appartient à l’ UMT Union des Musulmans de Trappes . On dit que le pouvoir des salafistes augmente. Mais nous ne pouvons pas contrôler cela. Nous ne sommes pas les bienvenus même avec l’aide d’Abdel.

En tant que salafiste, Abdel veut islamiser la société, mais est contre la violence. Cela semble inoffensif. Mais le professeur du lycée est concerné.

«C’est comme s’ils avaient une nationalité différente. Autrement dit, leur religion ne devient pas une expérience spirituelle, mais une identité. C’est quelque chose qui donne raison d’exister et qui définit qui ils sont. Ce n’est plus une chose individuelle, mais une identité. collective et c’est alarmant. “

Source NOS


Fdesouche sur les réseaux sociaux