Fdesouche

Note : à contrario de ce qu’avance Mohamed Khattabi, le Cheikh Zohal (ou Zouhal) n’est pas mort en 2020, mais en 2017, à cette occasion le journal communautaire Yabiladi rappelait:

Le Cheikh Mohamed Zohal, figure de proue du mouvement salafiste et l’un des pères fondateurs et leaders de la Chabiba Islamia (Jeunesse islamique), est décédé ce mercredi à Casablanca à l’âge de 74 ans.

Mohamed Zohal, né en 1943 dans un village près d’Essaouira, a été lauréat de la Medersa Ben Youssef en 1963 puis fondateur du magazine Al Forqane avec l’actuel chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani. Il a également été membre de l’Union internationale des savants musulmans, de la Rabita des oulémas du Maghreb arabe et a été enseignant à l’Institut Al Assil de Taroudant.

Il est connu des Casablancais puisqu’il a été l’imam de plusieurs mosquées de la ville blanche dont la mosquée Lahjar à Derb Ghellaf, la mosquée Hak Ali Houarri au quartier Laqriâa, ainsi que les mosquées Assounna et Achouhada à Hay Mohammadi.

Sur la Chabiba Islamiya

La Chabiba islamiya (Jeunesse islamique) était la principale organisation islamiste clandestine marocaine des années 1970-1980, fondée vers 1969-1970par Abdelkrim Moutiî. Elle a combattu avec violence les mouvements de gauche, à l’époque notamment très bien implantés sur les campus universitaires, et a bénéficié dans ce combat de la bienveillance, et peut-être du soutien actif, du pouvoir marocain. Ses anciens militants se retrouvent aujourd’hui aussi bien dans les cercles dirigeants du parti islamiste légaliste, le Parti de la justice et du développement, notamment son secrétaire général Abdelillah Benkirane et le chef de son groupe parlementaire El Mostafa Ramid, que dans des organisations terroristes clandestines comme le Groupe islamique combattant marocain, lié à Al-Qaïda.

L’assassinat d’Omar Benjelloun

Son action la plus mémorable fut l’assassinat à l’arme blanche (machette et poignard) le d’un des dirigeants de l’Union socialiste des forces populairesOmar Benjelloun1, mais elle serait également responsable de l’assassinat d’Abderrahim Menioui, membre du secrétariat politique du Parti du progrès et du socialisme (PPS, le parti communiste marocain)2

À l’époque, le pouvoir marocain a, de l’avis de nombreux observateurs, utilisé cette organisation pour lutter en sous-main contre les militants de gauche,”(…) la Chabiba islamia, du triste Abdelkrim Moutiî, sous-traitant de l’assassinat de Omar Benjelloun, au milieu des années 1970, sous la bienveillance commanditaire de ces mêmes corps constitués qui se posent aujourd’hui en rempart protecteur de la sécurité de l’État et des citoyens (…) Sans vouloir raviver d’anciens démons que l’on a crus exorcisés, un bref rafraîchissement des mémoires nous rappelle que le phénomène islamiste au Maroc a été, à une certaine époque, l’émanation des pouvoirs publics, pour endiguer l’ancienne opposition. La sorcellerie a échappé aux sorciers. Ce que l’on croyait manipulable à volonté est devenu incontrôlable. Il a fini par avoir les yeux rivés sur le pouvoir, plus gros que le ventre.”

En mars 2005 le quotidien pro-saoudien Asharq al-Awsat publie une lettre signée en 1988 par sept anciens de la Chabiba dans laquelle ils désignent clairement Moutiî comme l’instigateur de l’assassinat de Benjelloun.

Le 8 octobre 1999, un communiqué de la Chabiba Islamiya, envoyé depuis la Norvège et publié par l’hebdomadaire Al Hayat El Yaoumia, affirme qu’Abdelkrim Al Khatib, en 1975 secrétaire général et fondateur du Mouvement populaire constitutionnel et démocratique (MPCD), devenu en 1998 Parti de la justice et du développement (PJD, islamiste légaliste), aurait hébergé dans sa ferme Abdelaziz Noâmani, un des exécutants, après l’assassinat de Benjelloun. El Khatib dépose une plainte en diffamation, jugeant utile de préciser dans une interview au quotidien Asharq al-Awsat ne pas avoir connu Noâmani, ne pas avoir participé à cet assassinat, mais aussi ne pas avoir coopéré avec le ministre de l’Intérieur de l’époque, Driss Basri, pour mettre face-à-face les islamistes et la gauche.

Réfugié en Arabie saoudite en 1975, Abdelkrim Moutiî aurait été impliqué en novembre 1979 dans l’attaque de la Grande Mosquée de La Mecque par un groupe de fondamentalistes saoudiens, marocains et tunisiens, et aurait dû quitter ce pays.

Le courant légaliste

En 1982, Abdelillah Benkirane, militant de la Chabiba de 1976 à 1980, et d’autres anciens de la Chabiba qui n’étaient pas partis en exil, mettent sur pied l’association Jama’a al Islamiya (Communauté islamique), qui abandonne la clandestinité et devient en 1992 Al Islah wa Attajdid (Réforme et renouveau) puis, fin 1996, Al Islah wa Attawhid (Réforme et unicité, également connu dans les médias francophones sous la dénomination MUR, Mouvement de l’unité et de la réforme). Avec d’autres organisations islamistes ayant choisi la légalité (au contraire d’Al Adl Wal Ihsane de Cheikh Yassine), Al Islah rejoint un parti existant (afin de contourner la législation sur l’agréation des nouveaux partis), le Mouvement populaire constitutionnel et démocratique (MPCD), qui se mue en 1998 en Parti de la justice et du développement (PJD, islamiste légaliste). Benkirane devient député du PJD en 2007, puis en est élu secrétaire général en 2008.

Le courant clandestin

“(La Chabiba islamiya) avait deux branches : une pour la prédication, l’autre pour la lutte armée dirigée par Abdelaziz Nouamani. En 1981, Moutiî créa sa propre structure, la « Faction combattante ». En 1984, Nouamani créa à son tour une nouvelle structure, « l’Organisation des combattants marocains ». La Faction combattante échoua en 1983 et 1984 à procéder à deux attentats, et Moutiî parut renoncer définitivement à la violence. De son côté, à la suite du retrait de la scène de Nouamini en 1984, l’Organisation des combattants marocains cessa ses activités. D’anciens militants de la Shabiba Islamiya s’en allèrent pour l’Europe à partir de 1993.”

[…]

Mohamed Zohal dans le livre “Pourquoi j’ai quitté les Frères Musulmans” (ndlr : la confrérie des) de Mohamed Louizi, qui évoque dans ce passage : les milieux islamistes marocains

Mohamed Khattabi sur FDeSouche (non exhaustif)


Fdesouche sur les réseaux sociaux