Fdesouche

Selon Fleur Pellerin, ancienne ministre de la Culture, présidente et fondatrice du fonds Korelya, la politique européenne en matière de concurrence est trop stricte face à “d’autres régions du monde” beaucoup plus protectionnistes.

Publicité

Quand d’autres grandes régions du monde sont en réalité extrêmement protectionnistes, la politique de concurrence européenne qui rend très compliquées les fusions, les rapprochements, etc. est une politique qui nous a conduits à nous tirer une balle dans le pied“, a expliqué Fleur Pellerin.

Et l’ancienne ministre de la Culture d’illustrer ses propos: “Il y a une quinzaine d’années, l’Europe avait plus de 50% de parts de marché sur les équipementiers de télécoms. On avait Alcatel, Sagem, Nokia, Eriksson. Aujourd’hui, on a quasiment plus rien et c’est lié au fait que des rapprochements entre grandes entreprises n’ont pas été possibles“.

Selon elle, les règles européennes “qui finalement obligent à prendre certaines mesures pour favoriser la concurrence” ne sont pas adaptées alors que “d’autres régions du monde sont plus protectionnistes et beaucoup moins frileuses pour favoriser leurs propres acteurs économiques”, ce qui “cause un préjudice monstrueux aux Européens“.

msn/bfmtv


Fdesouche sur les réseaux sociaux