Fdesouche

Le populiste André Ventura met fin à l’exception portugaise

Même s’il n’a pas été élu dimanche, «le Trump portugais» continue d’avancer à grands pas à travers le paysage politique du pays.

Ce juriste de formation s’est lancé dans cette course présidentielle tout juste un an après son entrée au Parlement, en tant que député unique du parti antisystème «Chega» («ça suffit»). La formation qu’il a lui même fondé avait obtenu aux législatives de 2019 un score de 1,3%, alors qu’il pourrait en recueillir dimanche 9 à 14%.

Confinement des Roms

Décrit par certains comme «le Trump portugais», ce fervent catholique s’est lui aussi imposé dans le débat public en provoquant des tollés et en surfant sur la controverse. Il a, par exemple, défendu un plan de confinement sanitaire spécial pour les communautés Roms, ou proposé qu’une députée née en Guinée-Bissau, qui voulait restituer des œuvres d’art aux anciennes colonies portugaises, soit «rendue à son pays d’origine».

André Ventura a martelé pendant la campagne qu’il voulait défendre «les Portugais bien intentionnés» contre les «profiteurs» en tout genre d’un «système» qu’il veut transformer de l’intérieur.

Tribune de Genève

Le Figaro