Fdesouche

Le laboratoire Arc Nucléart abrite depuis un mois les restes d’un abbé mort en 1206 près de Soissons (Aisne) à l’abbaye de Saint-Médard, aujourd’hui disparue, qui fut un centre religieux très important, où les rois carolingiens se faisaient couronner. Les abbés qui la dirigeaient étaient donc de grands personnages.  Et c’est l’un d’entre eux qui a été mis au jour récemment, lors de fouilles archéologiques. Le laboratoire Arc Nucléart est hébergé sur le site du CEA Grenoble : c’est un atelier-laboratoire dédié à la conservation et la restauration des objets du patrimoine en bois ou cuir. Il possède des compétences et des installations uniques en Europe pour le traitement des objets archéologiques en bois de grandes dimensions.

Source france bleu

La dépouille d’un abbé du XIIIe siècle, dans un excellent état de conservation, a été retrouvée lors de fouilles archéologiques organisées sous la crypte de l’ancienne abbaye Saint-Médard de Soissons.

Le corps d’un abbé, très certainement celui d’Albéric de Braine décédé le 3 mai 1206, comme en témoigne la pierre tombale qui le recouvrait, a été découvert dans un état exceptionnel de conservation, le 28 octobre 2020. Il reposait dans la crypte de l’ancienne abbaye en ruines Saint-Médard de Soissons.

Une découverte rarissime

En ouvrant la tombe, les archéologues ont constaté la parfaite conservation de la hampe de la crosse, le grand manteau brodé qui enveloppait le corps et les chaussures de l’abbé. Des vestiges rares qui ont enthousiasmé les équipes sur place, notamment l’archéologue Denis Defente, qui a supervisé le chantier. Le plus surprenant ? Le visage était recouvert par une tôle de plomb taillée exprès, et son corps reposait également une feuille de plomb.

Source Aleteia

Carte Abbaye Saint-Médard de Soissons