Fdesouche

Un refus de masque, il menace une patrouille de police à l’aéroport de Francfort, puis tente de s’enfuir sans ses bagages. Des zones de l’aéroport sont alors bloquées. Les démineurs s’approche des bagages et constatent qu’il n’y a aucun danger. Les autorités ne donnent le feu vert qu’après plus de deux heures.

Un homme agressif sans protection de la bouche et du nez a déclenché samedi soir une fermeture partielle du terminal I de l’aéroport de Francfort – y compris un déploiement à grande échelle de la police fédérale et de l’État. Une patrouille de la police fédérale s’est entretenue avec l’homme peu après 17 heures – et il a dit: “Je vous tuerai tous, Allahu Akbar”, a déclaré la police fédérale. Les services d’urgence avaient assumé une déclaration sérieuse en raison de son comportement agressif.

L’homme de 38 ans a alors tenté de s’enfuir, mais a été maîtrisé “sous la menace d’une arme à feu”.  Le suspect connu de la police a été amené au poste de police. Il a laissé ses bagages derrière lui lorsqu’il a tenté de s’échapper. En raison de l’emplacement initialement peu clair, une grande zone du hall de départ B avait été bouclée.

Au même moment, au centre de contrôle de la police fédérale a signalé qu’un homme armé aurait été aperçu dans le terminal 1. Un lien entre les deux incidents ne pouvant être exclu, les mesures de bouclage et d’évacuation ont été étendues. La gare régionale de l’aéroport a également été fermée.

“L’opération a entraîné une plus grande perturbation du trafic aérien et ferroviaire à l’aéroport de Francfort”, a déclaré la police fédérale. Il n’y a eu aucune annulation de vol, a déclaré une porte-parole de Fraport en fin de soirée.  En raison des “légers retards dans les opérations aériennes”, une exemption pour les décollages et les atterrissages jusqu’à minuit avait été accordée.

Au cours de la soirée – après environ deux heures et demie – les barrières ont de nouveau été levées.  L’homme de 38 ans fait l’objet d’une enquête pour soupçon de menace et de résistance à l’encontre des forces de l’ordre, entre autres.  “Il y a des enquêtes parallèles sur les preuves des personnes armées”, dit-il.  Il y avait plus de 100 policiers fédéraux et d’État ainsi que des douaniers de soutien à l’aéroport.

Source NTV.de