Fdesouche

Houria Bouteldja, la fondatrice du Parti des Indigènes de la République, refait parler d’elle après avoir écrit un article contre Miss Provence, tellement raciste que Mediapart a dû se résoudre à le dépublier.

(…) Volant au secours des haineux qui s’étaient déchaînés sur Twitter contre April Benayoun, Miss Provence, de père Israélien, Bouteldja écrit, entre autres perles, pour justifier cette déferlante : « On ne peut pas être Israélien innocemment ». C’est donner un permis d’insulter, de diffamer, voire pire.

(…) Pourtant, jusqu’ici, les procédures intentées contre Houria Bouteldja ont été rarissimes malgré un livre hallucinant, « Les Blancs, les Juifs et nous » publié en 2016 aux éditions la Fabrique, dirigées par Éric Hazan. (…) Jusqu’ici, on ne trouve donc trace que d’une seule procédure entamée et perdue en 2011 par « l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française » ( AGRIF), une organisation d’extrême droite.

“Galaxie islamo-gauchiste”

C’est ainsi dans une aisance totale qu’a pu se déployer et essaimer le discours d’Houria Bouteldja. « Ce qui la  protège, estime le journaliste et écrivain Philippe Val, menacé de mort et placé sous protection policière, c’est vraiment la galaxie islamo-gauchiste. Elle a ses relais à la France insoumise, comme Danielle Obono et Rokhaya Diallo. Elle a aussi ses réseaux à l’Ecole des Hautes études en sciences sociales ( EHESS). Dès qu’une Bouteldja ou autre est touchée, on voit fleurir des tribunes d’intellectuels dans Le Monde. Nous, esprits libres, laïques, républicains et universalistes, le monde intellectuel nous enterre alors qu’à chaque fois, il se lève pour les sauver. »

(…) Elle dénonce « l’État français raciste et colonial » mais jouit d’un poste bel et bien payé par ce même État à l’Institut du monde arabe qui ne s’est jamais ému de ses activités militantes.

Contacté par téléphone, Jack Lang, son patron, le président de l’Institut du monde arabe, est même exaspéré. Voici notre échange : “Je suis très loin de la France, à 4000 kilomètres et je n’ai entendu parler que très vaguement de ce que vous évoquez ! Mais je suis juriste et la personne dont vous parlez  respecte absolument le droit du travail, nous n’avons aucun problème à l’IMA avec elle et ceci constitue une intervention extérieure.(…)”

(…) Marianne


Fdesouche sur les réseaux sociaux