Fdesouche

Un porteur de journaux de L’Est Républicain avait été sauvagement agressé, en janvier 2018, au centre de Besançon. Laissé pour mort, Michel Montrichard s’est éteint deux ans plus tard. Le procès de son agresseur s’est ouvert ce lundi, avec une question qui hante la famille de la victime : pourquoi un tel déchaînement de violence ?

Deux jours de procès pour quelques minutes d’enfer, puis deux ans de calvaire. Dhoul Kamal Bacar connaîtra ce mardi soir le verdict de la cour d’assises de Besançon, après l’effroyable passage à tabac de Michel Montrichard, livreur de journaux pour L’Est Républicain, dont il a reconnu être responsable.

La victime a été abordée puis agressée en pleine tournée de livraison, vers 4h place Marulaz, le 23 janvier 2018, à Besançon. Alcoolisé et sous l’emprise de cannabis, l’auteur présumé des coups a ensuite tenté de voler la voiture du porteur, qu’il a abandonnée accidentée à deux pas de là, avant d’être rattrapé par la police.

Les détails sont éprouvants à entendre, tant l’attaque fut brutale. Et gratuite. « C’était un massacre », résume un témoin direct, devenu depuis gendarme, « des violences j’en ai vues, mais là, c’était autre chose… C’était barbare. J’en ai cauchemardé pendant des semaines ».

Ses souvenirs sont difficiles à verbaliser. À la barre ce lundi matin, il détaille « le bruit du visage qui craque, le bruit des ossements » et « ce sentiment d’impuissance » qui le hante, à l’idée de ne pas avoir pu intervenir à temps. Assis à cinq mètres, les proches de la victime pleurent en silence, blottis derrière leur avocate, Me Laux.

Tous deux décrivent un détachement, une obstination glaçante chez l’agresseur, qui ira jusqu’à relever la victime inconsciente par le col pour mieux ajuster ces coups de pied. « Dans ces gestes, j’ai clairement ressenti une volonté de tuer, pas de voler une voiture », insiste la témoin, qui avait aussitôt composé le 17.

(…) L’Est Républicain


Janvier 2020 :

Son agression, extrêmement violente, avait suscité beaucoup d’émotions. Après deux années de lutte, Michel Montrichard s’est éteint ce jeudi à l’âge de 70 ans, des suites de ses lourdes blessures.

Livreur de journaux de L’Est Républicain depuis peu, Michel a croisé le chemin d’un individu très mal intentionné

(…) Face à l’étendue du traumatisme, les médecins n’avaient eu d’autres choix que de placer la victime en coma artificiel durant un mois. Beaucoup de ses lésions étaient irréversibles. Tétraplégique, Michel Montrichard avait également de lourdes séquelles neurologiques. Il est décédé ce jeudi d’une énième complication pulmonaire, liée à son mode d’alimentation par sonde.

(…) L’Est Républicain


Nécrologie :

Michel Montrichard est né le 7 août 1949 à Besançon. Il est allé à l’école communale de Palente puis a obtenu un CAP de mécanique générale à Montjoux. Il a travaillé quelques années dans une entreprise à Trépillot puis il a pris un emploi à la CTB jusqu’en 1982. Il est devenu chauffeur livreur chez un distributeur de colis jusqu’à sa retraite.

Il s’est marié le 28 juillet 1979 avec Yollande et aura quatre enfants : Angélique, Alexandre, Yoann et Magalie. Quatre petits-enfants et une arrière-petite-fille ont agrandi la famille.

(…) L’Est Républicain


Fdesouche sur les réseaux sociaux