Fdesouche

La réalisatrice a lancé une pétition qui totalise 800 signatures réclamant le « rétablissement de l’Etat de droit dans ce quartier de Paris ».

(…) Les ventes de cigarettes à la sauvette, ce marché aux voleurs, aussi. Le tout est boosté par le confinement, alors que la délinquance, elle, devient plus exponentielle, encore. 

Un ras-le-bol des habitants

Depuis des mois, une femme s’élève contre les violences commises dans son quartier. C’est Jeanne Labrune. Réalisatrice et comédienne, installée depuis 25 ans dans ce quartier, elle a tout vu, tout vécu.

A l’origine de cette pétition, il y avait ce dégoût de la situation. « Nous sommes passés de la petite délinquance de rue à l’horreur du quotidien. J’ai le souvenir, alors que nous partagions un café entre copains, dans le quartier, de cette femme, accompagnée de son mari, qui a tété insultée, s’est pris un jet de chaise dans les jambes, et un café brûlant. (…) », nous a-t-elle dit.

(…)

Jeanne Labrune l’a vécu dans sa chair. Un de ses colliers lui a été arraché, « avec ma peau. J’ai été blessée. Quand ils ont coupé à la pince le collier », souligne-t-elle. Cela a été très traumatisant, on ne se rend pas compte… J’ai eu le cou blessé. Coupé. »

(…)

Derrière les vitrines, des histoires qui se ressemblent toutes, comme l’état d’esprit dans lequel se trouvent celles et ceux qui les racontent. « C’est un mélange de lassitude, d’écœurement, et parfois de peur, lâche un épicier de la Goutte-d’Or. Entre les trafiquants, les mineurs isolés qui se battent entre eux et agressent les passants, les vols… La situation est explosive. »

(…) Le Parisien


En lien :


En complément :