Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

Entre théories du complot et menaces non voilées, la communauté islamique de Rome est descendue dans la rue au cri d'”Allah Akbar » pour défendre l’honneur du prophète contre les attaques de la satire française. « L’attaque ? C’est un complot contre nous » et encore une fois : « Si les Français ne reconnaissent pas leur erreur, une catastrophe s’abattra sur eux ».

Vingt-quatre heures après le massacre barbare dans la basilique Notre-Dame de Nice, le cri « Allah Akbar » résonne devant une autre église. Nous sommes sur la Piazza Vidoni, à côté de la basilique de Sant’Andrea della Valle, au cœur de la capitale.

Des dizaines de fidèles musulmans se sont rassemblés pour défendre l’honneur du Prophète contre les attaques de la satire française et demander la démission du Français Emmanuel Macron.

« Déchainer les forces de sécurité contre les mosquées et les associations musulmanes en France est une action radicale qui favorise la culture de la suspicion et de la confrontation », peut-on lire dans le communiqué publié lors de la manifestation. L’une des nombreuses manifestations anti-Français organisées dans le monde entier le jour saint pour les musulmans : du Pakistan, du Liban, du Bangladesh à Gaza, à Rome.

La condamnation de l’attentat de Nice est ferme, tout comme la condamnation de « l’extrémisme violent » est ferme. « Rien à voir avec les enseignements de notre religion et de nos croyances », précise l’Union des communautés et organisations islamiques en Italie. Mais tout le monde dans la rue n’est pas prêt à s’excuser auprès de la France pour une nouvelle attaque djihadiste. « Ne pensez-vous pas que vous devez vous excuser au nom de votre communauté ? », demandons-nous à un manifestant d’origine tunisienne. « Non absolument pas, c’est Macron qui doit s’excuser auprès de nous », répond-il.

« Nous sommes ici pour exiger qu’ils cessent de faire ce qu’ils font et disent ce qu’ils disent », dit un garçon africain en référence aux caricatures de Mahomet publiées par l’hebdomadaire français Charlie Hebdo. La même chose qui a été montré en classe par Samuel Paty. Un geste qui lui a coûté la vie. « Les Français sont coupables – poursuit le jeune homme – parce que si ces manifestations n’étaient pas coupables, il n’y en aurait pas et les gens ne seraient pas tués, surtout en France ».

« Les Français doivent admettre leur erreur autrement – avertit l’étranger – à chaque catastrophe qui tombera sur eux, tous les musulmans se réuniront pour soutenir cette cause ». Et en parlant de ceux qui ont semé la terreur à Nice, il n’a aucun doute : « Ils ne peuvent pas prendre Macron, et puis ils tuent les Français ».

« L’attaque de Nice ? Un complot contre l’Islam »

« Macron doit démissionner », insiste un citoyen tunisien. L’attaque ? Selon lui, il s’agit d’un « complot » visant à fomenter la haine contre les musulmans. « Tout est organisé, c’est juste de la propagande anti-islamique, les vraies victimes c’est nous. » La même thèse qui résonne également de la scène installée sur la place. « Vous n’avez jamais vu un de ces terroristes, vous ne savez pas qui ils sont, ils sont tous tués », affirme l’un des organisateurs.

Sur la place, il y a des dizaines de signes contre « l’islamophobie ». « L’offense à la figure du prophète – écrivent les organisateurs – est un acte indicible, elle déstabilise l’harmonie que les communautés ont durement construite et atteinte en sapant ses fondements ». « Sur la base d’une société démocratique – poursuit le communiqué – il y a le respect du culte, c’est pourquoi nous pensons que la réaction de l’Etat Français a été offensante et discriminatoire ».

« Ils nous considèrent comme des terroristes et non comme des fidèles, comme des meurtriers et non des citoyens », ajoutent-ils à propos de la répression de Macron en France contre les communautés islamiques considérées comme plus radicales. « Allah est grand, cela signifie que Dieu est grand, ce n’est pas du terrorisme »,explique un citoyen bengali âgé.

« Les musulmans sont persécutés et tués partout dans le monde », affirme un homme en tenue traditionnelle. « Mais pas en Europe ? » « En Europe, nous sommes offensés par des blasphèmes tels que des caricatures du prophète », répond-il.

Bref, entre conspiration et déclarations au goût de justification, la colère contre la France grandit. Et ce n’est qu’il y a quelques heures que l’on annonce la tentative d’assassinat d’un prêtre à Lyon, pour l’instant les enquêteurs ne favorisent ni n’excluent aucune piste.

Il Giornale


Fdesouche sur les réseaux sociaux