Fdesouche

28/10/2020

Lui, Abdellah Zerhima, est un mince jeune homme né au Maroc en 1996. Il se tient droit devant le magistrat, en jean bleu délavé, baskets noires et blouson à capuche de la même couleur. Son épouse se nomme Jihan Zidouli. Née en Italie en 1995, cette diplômée bac+3 en pharmacie est déjà mère de deux enfants en bas âge. […]

Le Figaro

[…] Le président du tribunal qui recadre les prévenus lorsque ceux-ci « semblent se faire passer pour les victimes ». Il rappelle que dans l’audition d’Henri Kaloustian, celui-ci a rapporté que la femme l’aurait menacé de lui « envoyer des gens avec des kalachnikovs ». […]

« Cette famille qui n’est pas dans la détresse, puisqu’elle bénéficiait d’un logement social de type F4, savait très bien ce qu’elle faisait » […] Déjà connu de la justice, elle pour rébellion, lui pour usage de stupéfiants et conduite sans permis, le couple a donc écopé de huit mois de prison avec sursis. Ils devront également régler 5.000 euros au propriétaire au titre du préjudice moral et rembourser en sus les réparations déjà évaluées sur des huisseries. Une autre procédure est en cours pour des dégradations à l’intérieur de la maison. […]

20 Minutes

09/09/2020 : les squatteurs expulsés suite à des violences conjugales

Le père de famille, Abdellah Z. qui occupait de façon illégale les lieux, a même été placé, lundi soir, en garde à vue à Mandelieu, dans les Alpes-Maritimes. Mais ce n’est pas une ordonnance d’expulsion qui a permis d’obtenir le départ de cette famille qui, avec deux enfants, avait élu domicile depuis trois semaines chez un couple de retraités: ce n’est qu’à la faveur d’une dispute que les gendarmes ont pu interpeller le mari, pour violences conjugales.

«La gendarmerie a évacué leurs affaires et repris les clefs, raconte le maire de Théoule, Georges Botella. L’épouse, elle, a été conduite à Nice, dans un foyer pour femmes battues, avec ses enfants. Mais moi je suis encore obligé de mobiliser des gendarmes pour protéger la maison: d’autres squatteurs pourraient venir… Oui, on est chez les dingues!»

Morandini



08/09/2020

(…) La famille s’y était installée depuis le 18 ou le 19 août, selon la procureure, et les propriétaires constataient le changement des serrures et du contrat d’électricité. L’homme qui occupe les lieux : Abdellad Z. (20minutes.fr)



Un couple avait eu la surprise de découvrir sa maison secondaire squattée par une famille à Théoule-sur-Mer. Les occupants ont finalement quitté les lieux après le placement en garde à vue du père de famille, soupçonné de violences conjugales. 

France info



Depuis le 20 août – trois semaines maintenant – la villa des Kaloustian : Marie-Thérèse et Henri, Lyonnais de 75 ans, était squattée par un couple et ses deux enfants. Dans la nuit de lundi à mardi, les occupants de la maison squattée de Théoule ont quitté les lieux

Le propriétaire, Henri Kaloustian, a fait part ce mardi matin de sa réaction:  “Bien sûr nous nous sentons mieux, c’est un pas en avant que de savoir qu’il n’y a plus de squatteurs dans notre maison. Que les clefs sont entre les mains des gendarmes. Maintenant cela ne veut pas dire que nous allons pouvoir rentrer tout de suite… Nous attendons la décision de justice.”

“On a assisté à un rebondissement c’est vrai. Mais cela ne veut pas dire que tout est fini. Il nous manque l’ordonnance d’expulsion…”, analyse le maire, Georges Botella.

Le propriétaire pourra-t-il récupérer sa maison ? La réponse ne semble pas si simpl : les squatteurs ne sont pas sous le coup d’une expulsion… Pas sûr que si le couple Kaloustian décide de rentrer chez lui, il soit dans la légalité…

Nice Matin


07/09/2020


“Les services de la chancellerie sont en train d’étudier le dossier afin de l’accélérer”

Emmanuelle Wargon, ministre du logement

Nice Matin


05/09/2020

C’est notre vie, c’est notre gagne pain, c’est la sueur de mon front, de mon travail.

– Henri Kaloustian, retraité

“Je pensais rentrer dans ma maison avec la présence de la police municipale, la gendarmerie, un adjoint au maire et un serrurier. On m’a dit on va ouvrir la maison et puis vous allez pouvoir rentrer chez vous, on va prendre les affaires et on va les jeter. Et ben les gendarmes m’ont répondu que je ne pouvais pas rentrer chez moi. Désolé les squatteurs ont tous les droits, m’ont-ils dit”, rapporte-t-il, consterné. Pour sa femme Marie-Thérèse, c’est tout simplement un cauchemar : “Je ne dors pas la nuit, je ne mange pas”, dit-elle.

Et pour cause, la loi est loin d’être de leur côté. “Au bout de 48 heures, vous avez du mal à les expulser. Il faut passer par toute une procédure juridique où on vous demande de prouver votre droit de propriété, enfin différents papiers administratifs qui n’ont même plus de sens”, indique Georges Botella, le maire (SE) de Théoule-sur-Mer.

LCI


03/09/2020

Lorsqu’Henri Kaloustian a voulu entrer dans sa maison de vacances de Théoule-sur-Mer, les serrures avaient été changées. La porte s’est ouverte sur une famille qui s’était installée. Des squatteurs “officiels” se sont invités chez des retraités lyonnais. Récit d’un calvaire. […]

www.nicematin.com

Le couple a ensuite multiplié les courriers aux autorités, notamment la mairie, sans se voir proposer de solution. Une tentative de reprise en main de la maison a été tentée mardi, alors que les squatteurs étaient partis. Les gendarmes ont été dépêchés sur place, ainsi que des policiers municipaux, un serrurier et des agents de la mairie, mais cet essai a vite été avorté, rapporte Var Matin. Les gendarmes ont reçu finalement ordre de patienter jusqu’à ce qu’une décision de justice ne vienne trancher cette situation, qui devra être constatée par huissier. Le couple a en effet déposé une plainte et attend que le procureur de la République ne s’empare de la situation.

Le Parisien


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux