Fdesouche
[…] Dix mois après être arrivé à Cayenne, Ali, réfugié syrien de 24 ans originaire de Hama, n’a que peu de commentaires à faire sur la Guyane. […]

À ses côtés, Ziad* ne s’attarde pas sur son expérience guyanaise. Les questions de ce Yéménite de 19 ans fusent : “Comment c’est, la vie à Paris ? Il vaut mieux aller à Paris ou dans d’autres villes ? Est-ce que c’est facile de trouver un logement ?” […]

Sur Internet, le filon a rapidement gagné en popularité. Majoritairement des Syriens – pour beaucoup des hommes refusant d’effectuer leur service militaire – mais aussi des Palestiniens, des Jordaniens, quelques Yéménites venus, eux, via l’Équateur – sont arrivés en nombre ces dernières années. “Ces migrants représentaient moins de 10 % des demandeurs d’asile en Guyane en 2017-2018”, précise Benoît Renollet, directeur de la Croix-Rouge Guyane, chargée de leur hébergement. “Mais l’année dernière, ce taux a grimpé à 30-40 %.” 

Il s’ajoute notamment aux Haïtiens, très nombreux, aux Vénézuéliens et, depuis cet été, aux Cubains qui arrivent par le Suriname voisin. Sauf que, désormais, le fragile système d’accueil craque de tous les côtés. […]

L’outre-mer est le seul territoire de France sans dispositif concerté sur les demandeurs d’asile. Les autorités ont peur de ‘l’appel d’air'”, observe encore Lucie Curet. 

Avec un taux de chômage à 19% en 2019 – contre seulement 8,1 % en métropole -, et une moitié de la population qui vivait sous le seuil de pauvreté en 2017, la Guyane n’aurait par ailleurs pas “les moyens de la solidarité”, lâche-t-on avec amertume du côté des associations. “Il y a une forte demande de logement social, poursuit Lucie Curet. Ce serait mal vu que des hébergements soient dédiés à des étrangers.” […]

Actuellement des dizaines, voire des centaines de migrants s’amasseraient dans les environs d’Oiapoque, de l’autre côté du fleuve qui sépare ce territoire français du Brésil, dans l’attente de la réouverture des frontières fermées en raison du Covid-19. 

“Nous sommes clairement au maximum de nos capacités”, s’inquiète Olivier Morel, responsable administratif et financier, Croix-Rouge française en Guyane, alarmiste en pensant aux prochains mois. “Le jour où les frontières vont rouvrir, je ne sais pas comment on va faire.”

Ali espère ne plus être dans les parages à ce moment-là. Mais pour cela, il lui manque plusieurs centaines d’euros pour pouvoir se payer un billet d’avion vers l’Hexagone où il aimerait poursuivre ses études […]

InfoMigrants


Fdesouche sur les réseaux sociaux