Fdesouche

ADN, qui sort mercredi 28 octobre, voit le retour de Maïwenn à la réalisation et comme actrice, entourée de Fanny Ardant et de Louis Garrel. Une histoire de famille bousculée par le décès du patriarche, qui fait remonter à la surface des racines algériennes profondes et des dissensions, traitées par l’auteure de Polisse, avec tact et humanité.

Petite fille d’Emir, Neige (Maïwenn) adore son grand-père d’origine algérienne, en fin de vie dans une maison de retraite. Quand la famille apprend son décès, c’est le monde qui s’écroule. Entre sa mère (Fanny Ardant), sa sœur avec laquelle elle a rompu, les tantes, les petits-petits-enfants d’Emir, et son mari divorcé (Louis Garrel), le torchon brûle…

Le Parisien

Maïwenn naît d’une mère franco-algérienne — l’actrice Catherine Belkhodja — et d’un père breton d’origine vietnamienne4. Son grand-père a fait la guerre d’Algérie du côté du FLN5, chargé de l’émigration au ministère du Travail de 1965 à 1972, puis au ministère des Anciens Moudjahidines jusqu’en 19756.

source

[…]  Avant de tourner ce film, j’étais très obsédée par des questions identitaires, d’où je venais, que représentait l’Algérie pour moi, au quotidien mais aussi dans mon âme intérieure. Ces questions-là m’obsédaient jusqu’au point de m’empêcher de dormir, donc j’ai étudié mes origines, de façon boulimique, je n’étais jamais rassasiée. Puis je suis retournée en Algérie et là je me suis sentie Algérienne », confie-t-elle. […]

Au-delà de la transmission, du deuil et de la quête identitaire, Maïwenn questionne aussi notre rapport à l’autre et à la diversité. Son film dont le point de départ est une perte affective ouvrant la voie à une quête de soi, transcende la singularité de l’introspection pour nous amener à plus de tolérance. « En vrai et simplement, je crois que j’ai voulu faire un film CONTRE le racisme et POUR les immigrés, peu importe de quelle génération ou de quelle origine géographique », affirme la réalisatrice. nce. « Cela n’a aucune importance. J’ai voulu faire un film qui nous pousse à nous demander : mais d’où je viens en fait ? »[…]

saphirnews


Fdesouche sur les réseaux sociaux