Fdesouche

Ce mardi, 40.000 manifestants, selon les chiffres de la police, ont manifesté à Dacca au Bangladesh brûlant notamment une effigie d’Emmanuel Macron, auquel ils reprochent d’avoir défendu le droit à caricaturer Mahomet.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté mardi à Dacca, appelant au boycott des produits français et brûlant une effigie du président Emmanuel Macron, l’accusant même d'”adorer Satan”, après que ce dernier a défendu la liberté de caricaturer le prophète Mahomet. Selon la police, plus de 40.000 personnes participaient à cette marche organisée par un parti islamiste et qui a été stoppée avant de parvenir près de l’ambassade française dans la capitale du Bangladesh.

(…) “Macron fait partie des quelques dirigeants qui adorent Satan”, a déclaré à la foule rassemblée à la mosquée Baitul Mukarram un haut responsable de l’IAB, Ataur Rahman. Il a appelé le gouvernement bangladais à “mettre dehors” l’ambassadeur français. Un autre dirigeant islamiste, Hasan Jamal, a pour sa part déclaré que les protestataires allaient “mettre à terre chaque brique” de l’ambassade si l’ambassadeur n’était pas renvoyé.

BFMTV


Une foule compacte a envahi mardi le centre de la capitale, Dacca, pour exiger des excuses sans condition d’Emmanuel Macron à propos des caricatures de Mahomet.

Ils étaient “des dizaines de milliers”, selon plusieurs médias locaux. Des manifestants sont descendus en masse dans les rues de Dacca, le mardi 27 octobre, “pour dénoncer la publication des caricatures du prophète Mahomet en France”, rapporte le Dhaka Tribune.

Le défilé organisé dans la capitale du Bangladesh, pays de 160 millions d’habitants où 90 % de la population est musulmane, “avait pour destination finale l’ambassade de France”, dans le quartier chic de Gulshan. Mais il a été “stoppé par les barricades de la police à Shantinagar”, en plein centre-ville.

(…) Courrier international


Fdesouche sur les réseaux sociaux