Fdesouche

Le Conseil constitutionnel a manœuvré pour valider les comptes de campagne de Jacques Chirac et d’Edouard Balladur à l’élection présidentielle de 1995, malgré de nombreuses irrégularités constatées. Plongée inédite dans les archives de l’institution présidée à l’époque par Roland Dumas. […]

10 millions en espèces et en grosses coupures, déposés sur un compte quelques jours après l’élection. Les Sages le savent, ils ne pourront pas éluder cet élément explosif. “Bon, je vous remercie, ce n’était pas des plus facile…”, euphémise Roland Dumas qui demande à ce qu’on passe à l’examen du compte de Jacques Chirac. Mais le sujet est tout aussi délicat. “On constate que plus la campagne va vers son terme, moins on a de factures, comme pour M. Balladur”, explique le rapporteur Frentz.  […]

Le compte de Jacques Cheminade est rejeté à l’unanimité. Quelles que soient leurs futures décisions sur les autres comptes, les Sages ne pourront pas être accusés d’avoir été trop laxistes… […]

Le rapport est accablant pour le rival de Jacques Chirac. Plus de 12 millions de dépenses “oubliées” par le candidat doivent être réintégrées dans le compte. […]

Les rapporteurs quittent la salle. Certains membres du Conseil ont le sentiment qu’ils se sont montrés trop zélés. Ou qu’ils ont, tout simplement, trop bien fait leur travail. “Ils n’ont rien laissé au hasard, reconnaît Roland Dumas. Ils sont allés au maximum de la loi.” Désormais les Sages n’ont que deux options, explique le président du Conseil : “soit on les suit, soit on fait preuve d’imagination et d’habileté.” Maurice Faure réagit : “Nous sommes très attendus. Pas par la grande masse. Ils ont oublié, c’est passé. Mais les dîners parisiens, eux, nous attendent. C’est délicat.” […]

France Inter


Fdesouche sur les réseaux sociaux