Fdesouche

La grande muette sort du silence. Car l’armée française peine à digérer la libération récente de 200 prisonniers contre 4 otages avec un groupe djihadiste combattu depuis des années par la France, parfois au prix du sang. «  Quand on passe ses nuits à construire des digues et que quelqu’un met un coup de pied dedans, ça ne fait pas plaisir  », souffle un haut gradé sous le couvert de l’anonymat. Un résumé lapidaire de la frustration vécue par certains au sein des armées, alors que 5 100 des leurs sont déployés dans la bande sahélo-saharienne pour faire barrage aux djihadistes.

Ultime humiliation, le chef touareg malien Iyad Ag Ghaly, chef de l’alliance djihadiste affiliée à Al-Qaïda «  Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans  » (GSIM), s’est affiché en photo sur les réseaux sociaux en compagnie des prisonniers libérés, à l’occasion d’un fastueux banquet en leur honneur.

(…) Certains étaient «  des chefs de katiba  » arrêtés par les soldats de la force antijdihadiste Barkhane et remis aux autorités maliennes, peste un militaire français. D’après une enquête du quotidien Libération, au moins 29 des prisonniers libérés avaient été capturés par les soldats français.

(…)

Le Point


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux