Fdesouche

Ses images insoutenables d’animaux entassés, assoiffés et malmenés durant des jours à travers l’Europe avaient déclenché des vagues de manifestations : en 1990, Manfred Karremann est l’un des premiers réalisateurs à se pencher sur la souffrance animale. Si l’Union européenne continue de légiférer en la matière, la situation hors de ses frontières reste déplorable. Certes, la Cour de justice de l’Union européenne a rappelé, en 2015, que les animaux élevés sur son territoire devaient être bien traités, y compris hors UE. Mais les pays d’arrivée, au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord, se soucient peu de la réglementation européenne, et des millions d’animaux continuent d’y être acheminés généralement dans le seul but d’y être abattus, souvent dans des conditions cruelles. Pourquoi ne pas leur éviter au moins les souffrances liées au transfert en n’exportant que leur viande depuis l’Europe ? En juin 2020, le Parlement européen s’est penché sur la question en approuvant une commission d’enquête sur le transport des animaux. 


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux