Fdesouche

Le 15 septembre, des élèves originaires du quartier Joliot-Curie ont été frappés sur le chemin de l’école par des camarades du quartier Romain-Rolland. Les parents hésitent à porter plainte par peur des représailles. Des enfants ne vont plus en cours.

«Ils ont séché les cours pour programmer la bagarre et ont fait appel à des grands de leur cité.» Aminata (le prénom a été changé) raconte comment, le 15 septembre dernier, son fils et ses copains ont été frappés de plusieurs coups de bâton sur la tête en rentrant du collège Jean-Lurçat à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).  La mère de famille n’a pas porté plainte. « Je préfère le changer d’établissement. J’ai décidé de laisser tomber. La plainte, ça ne ferait qu’aggraver les choses. » […]

Estelle (le prénom a été changé), dont le fils de 14 ans a été lui aussi victime du guet-apens du 15 septembre a elle décidé de franchir le pas, seule. Jusqu’à présent, elle faisait partie de cette majorité silencieuse. […] Estelle vit en vase clos dans son quartier. « Mon fils sort juste dans le quartier pour acheter une baguette », ajoute-t-elle.

Le Parisien


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux