Fdesouche

Hanouna, le virus qui rend con“, titrait en 2016 Charlie Hebdo en référence au virus Zika. A l’époque, l’animateur de C8 s’était distingué par sa réponse pleine d’autodérision, enfilant un costume de moustique pour aller distribuer des exemplaires de l’hebdo satirique à des passants. Il faut rigoler, il faut se marrer, Je suis Charlie, vous êtes Charlie, nous sommes Charlie”, expliquait-il. Les temps ont bien changé. Ce lundi 21 septembre, dans Touche Pas à Mon Poste, Cyril Hanouna organisait en effet un débat sur la polémique entourant les paroles antisémites du rappeur Freeze Corleone. L’occasion, pour “Baba”, de condamner au passage, sans distinction, “les dessins comme ceux de Charlie Hebdo, qui mettent mine de rien de l’huile sur le feu” et de se réjouir que la jeune Mila, harcelée et menacée de mort pour avoir insulté l’islam, “se fasse toute petite“.

[…]

“QU’ON ENTENDE PLUS PARLE D’ELLE”

Cyril Hanouna intervient : “Alors on va rappeler l’affaire Mila : c’était cette jeune adolescente qui avait eu des propos abjects contre l’islam, qu’on avait condamné ici. Le maître de cérémonie de TPMP déforme ici largement la réalité : au début de l’année, l’adolescente de 17 ans s’était retrouvée au centre d’une polémique nationale après avoir déclaré sur le réseau social Instagram que l’islam était une “religion de merde” et qu’elle “met[tait] un doigt dans le trou du cul” à “votre Dieu” en réponse à des insultes homophobes invoquant “notre dieu Allah, le seul et l’unique” pour la faire “brûler en enfer“. La jeune femme avait alors subi une violente vague de harcèlement numérique : d’autres insultes homophobes, des menaces de mort et des appels au lynchage.

[…]

Les propos de Mila, je les condamnais, tout en disant, comme pour Freeze, pas de censure“, explique aujourd’hui Valérie Benaïm. Ce qui ne suffit pas, semble-t-il, au procureur Hanouna, lequel semble oublier qui est la victime dans cette affaire : Ils sont inadmissibles les propos de Mila, je vous le dis, elle fait bien de se faire toute petite maintenant. Qu’on entende plus parler d’elle, ça fait du bien“, déclare-t-il.

[…]

Marianne