Fdesouche

Suède – “Nous avons un problème évident”, a admis récemment le Premier ministre suédois Stefan Löfven. Il faisait référence non pas à la pandémie de Covid, mais à un été de criminalité qui a laissé les Suédois, même blasés, dans l’incrédulité. Il y a régulièrement des bombardements, des attaques à la grenade à main et des fusillades. Des jeunes hommes s’entretuent à un rythme effroyable – dix fois plus qu’en Allemagne.

Le sentiment que le gouvernement a complètement perdu le contrôle s’accroît. Pourtant, si Löfven a finalement reconnu l’existence du problème, il semble toujours en dénier la véritable nature.

Le mois dernier, à Botkyrka, au sud de Stockholm, une jeune fille de 12 ans qui promenait son chien a été tuée par une balle perdue lors d’une fusillade de gang – et dans une interview télévisée, ses amis ont expliqué que les fusillades font tout simplement partie de la vie quotidienne dans leur quartier. Une enfant a déclaré qu’elle entend des coups de feu depuis la fenêtre de sa chambre presque toutes les nuits. Et c’est peut-être ce qui est le plus choquant pour les Suédois plus âgés : à quel point les enfants dans ces quartiers sont résignés ; à quel point ils se sont habitués à la violence.

C’en est trop pour Mats Löfving, le chef adjoint de la police nationale, qui a décidé au début de ce mois de parler clairement de la nature des criminels que lui et ses collègues combattent. Il existe au moins 40 réseaux criminels familiaux – ou clans – en Suède, a-t-il confirmé : des immigrés qui sont venus en Suède “uniquement dans le but d’organiser et de systématiser le crime”. Selon Löfving, ils gagnent leur argent grâce au trafic de drogue et à l’extorsion et “ont une grande capacité de violence”.

L’interview a fait l’effet d’une bombe. Le Premier ministre a toujours essayé de parler de la criminalité comme d’un problème socio-économique – et il s’en est tenu à cette ligne en réponse à Löfving, en disant : “je ne veux pas lier la criminalité à l’ethnicité”. Un mantra gouvernemental qui insinue que même poser des questions sur le lien entre la criminalité et l’immigration est xénophobe. (…)

Le mois dernier, les conflits entre criminels rivaux se sont intensifiés au point que des gangs ont pris une initiative sans précédent pour asseoir leur domination. Des hommes masqués et armés ont mis en place des barrages routiers, et ont contrôlé les voitures qui entraient dans certains quartiers de Göteborg. Les rues ont été désertées car les gangs ont ordonné aux habitants de rester à l’intérieur. Le directeur d’une école locale a déclaré sans ambages : “Les postes de contrôle contrôlés par des milices criminelles sont quelque chose que j’ai vu pour la dernière fois en Afghanistan. Je n’aurais jamais pensé que cela deviendrait une réalité en Suède”. Entre-temps, les visites à domicile des médecins ont été suspendues dans la région pour des raisons de sécurité ; et le personnel des services de soins aux personnes âgées et handicapées est escorté dans ses rondes par des agents de sécurité.

(…) The Spectator


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux