Fdesouche

Sept pays ont déjà adopté une loi sur le viol défini sur base de l’absence de consentement : la Roumanie, la Suède, le Portugal, la Croatie, la Finlande, la Hongrie et la Norvège.

Mais constate-t-on des effets d’un renforcement législatif sur les décisions judiciaires ? En Suède, la loi est entrée en vigueur le 1er juillet 2018, après que le pays a été pris dans les vagues de la campagne #MeToo. Le texte précise désormais qu’une personne est coupable de viol dès qu’elle a accompli un acte sexuel avec une autre qui n’y a pas participé “librement”.

Deux ans plus tard, le bilan chiffré est assez éloquent : le nombre de condamnations pour viol a augmenté de 75 %, passant de 190 en 2017 à 333 en 2019. La tempête #MeToo a sans doute amené les victimes à davantage déposer plainte. Mais ce n’est qu’une part de l’explication. “Les juges les plus récalcitrants à l’époque admettent aujourd’hui qu’ils se sont trompés en estimant que cela ne servait à rien de préciser la notion de consentement.” […]

La Libre Belgique


Fdesouche sur les réseaux sociaux