Fdesouche

C’est du moins ce qu’affirme, ce vendredi, le site AlgériePatriotique. Il affirme disposer d’un témoignage direct de quelqu’un qui aurait vu des pistolets transiter par le sous-sol de ce magasin, qui aurait appartenu à deux fils de l’un des fondateurs du Front Islamiste de Salut, un parti politique dont plusieurs branches ont ensuite lancé des vagues d’attentats et d’assassinats. Les faits dateraient des années nonante. L’article ne s’embarrasse pas de conditionnels. Il met en cause, comme fournisseur, la Fabrique Nationale, qualifiée d’entreprise d’état, et parle de ce quartier “malfamé” de la banlieue liégeoise comme d’une zone de non-droit, où les forces de l’ordre n’accèdent pas. (…) Voici dix ans, juste après un contrôle en règle et la découverte de travailleurs clandestins, le supermarché Taaj a subi un violent incendie d’origine criminelle, sans que la piste antiterroriste n’ait jamais été, publiquement du moins, évoquée.

Rtbf.be