Fdesouche

Boris Palmer [maire de Tübingen, 90 000 habitants, Verts) et deux de ses collègues maires [Matthias Klopfer, SPD, maire de Schorndorf, 39 000 hab. et Richard Arnold, CDU, maire de Schwäbisch Gmünd, 61 000 hab.] adressent une lettre enflammée au Land [Bade-Wurtemberg] : ils veulent qu’on agisse contre les fauteurs de troubles […]

Ces trois maires souabes considèrent que ce sont surtout les réfugiés qui constituent le cœur du problème. Comme solution, ils proposent un service civil. […]

Südkurier


Extraits de la lettre :

“C’est avec beaucoup d’inquiétude, et pas seulement depuis la dernière nuit de troubles à Stuttgart ou après ce qui vient de se produire ce week-end à Francfort-sur-le-Main, que nous constatons l’agressivité croissante et le manque de respect de groupes composés de jeunes et de jeunes adultes dans nos villes.”

“Il y a parmi les réfugiés un petit groupe de jeunes hommes enclins à la violence qui exercent une forte domination dans l’espace public et sont largement surreprésentés dans les délits graves, en particulier dans les violences sexuelles et dans les coups et blessures. Les statistiques policières de l’Office criminel fédéral confirment qu’il ne s’agit pas là de cas isolés, mais d’un problème structurel avec environ 50 000 délinquants multirécidivistes parmi les réfugiés.”

“Il s’est constitué dans chaque ville moyenne du Bade-Wurtemberg un milieu de jeunes réfugiés non intégrés, souvent associé à la petite délinquance et à des délits, qui se rassemble près des gares et des places publiques. Beaucoup parmi eux ne sont désormais plus accessibles aux offres sociales ou aux propositions d’intégration. À côté des traumatismes et de l’expérience de la violence, une culture machiste liée à leurs origines est aussi responsable de cet état de fait. Dans de nombreux cas, celle-ci se combine avec des déceptions et des frustrations sur la réalité de leur vie en Allemagne. […] Un mélange dangereux, qui devrait devenir aussi pour les habitants d’origine de Gmünd, de Schorndorf et de Tübingen une menace pour la collectivité.”

(Traduction Fdesouche)

Source


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux