Fdesouche
[…]

Le moment est sans doute venu de solder cet épisode. Je vous propose une sortie par le haut.

Vous écrivez, dans une lettre adressée à nos avocats (précisons à ce stade que nous avons envoyé une mise en demeure à votre société de production pour exiger réparation après votre acte de sabotage numérique), que, en substance, vous êtes une petite chose fragile très durement touchée par nos attaques ignobles. Vous listez vos reproches dans cette amicale missive dont je me permets ici de reproduire les extraits les plus significatifs. Puisque vous nous écrivez en adoptant un ton ricanant (mais savez-vous faire autre chose que ricaner?), rions ensemble :

Vous dites : « vos leçons de morale sont en effet assez audacieuses dans la mesure où (vous avez) choisi de consacrer pas moins de douze pages à l’émission Quotidien aux seules fins de la dénigrer et de diffamer ses collaborateurs (…) »

– cher Yann Barthès, la diffamation est une infraction pénale. Puisque vos avocats ont épluché consciencieusement notre dossier, j’ose imaginer que si votre assertion était vraie, ils auraient eu la présence d’esprit de vous suggérer de porter plainte. Ce que vous n’avez pas fait. Chut, donc. Quant au dénigrement, vous noterez que nous critiquons vos méthodes, votre idéologie et votre arrogance, ce qui est légèrement plus ambitieux et moins dénigrant que de traiter systématiquement son adversaire de « journal d’extrême droite », sans argumenter, jamais. Ce que vous faites avec Valeurs depuis plusieurs années.

Vous poursuivez : « (…) en martelant qu’ils ne méritent pas d’être qualifiés de journalistes, démarche qui semble assez inédite puisqu’il est pour le moins inhabituel qu’un média s’en prenne de la sorte à un autre média. »

Laissez-moi vous citer quelques exemples d’un média s’en prenant à un autre média :

– Deux humoristes déguisés en femmes lisent la presse et se transforment en ce à quoi les lecteurs des journaux sont censés ressembler. En lisant le Figaro, ils deviennent des bourgeoises coincées ; en lisant Valeurs actuelles, ils se transforment en nazis, uniforme, moustache, etc (Quotidien, le 29 septembre 2016). C’est drôle, non ? Non ? Non.

– D’autres humoristes (fort heureusement tombés dans l’oubli depuis) caricaturent la soirée des cinquante ans de Valeurs actuelles (organisée aux Invalides, avec 350 invités venus du monde des affaires, de la politique, de droite comme de gauche…) On voit dans ce sketch un ramassis d’ivrognes s’extasiant devant une fausse couverture titrée « Najat, le cafard qu’on déteste», criant « bouh on la déteste, on la déteste » en s’empiffrant de pastilles Vichy (qui a saisi la subtile allusion?). On offre ensuite aux nouveaux abonnés des pièges à loups rebaptisés « attrape musulmans »… (Quotidien, le 5 octobre 2016) C’est drôle, non ? Non ? Non.

[…]

Pour une fois, vous avez perdu. C’est une première, il y en aura d’autres. C’est dur, ça pique un peu, mais habituez-vous. Votre système s’essouffle. Vous pouvez toutefois retarder l’échéance, mais cela implique une profonde remise en cause. Quelques conseils en vrac : cessez de ricaner dans votre entre soi. Cessez d’humilier les faibles. Cessez de mentir.

[…]

L’article dans son intégralité sur Valeurs Actuelles


Fdesouche sur les réseaux sociaux