Fdesouche

Les imams marocains qui prêchent dans les quatorze mosquées de Melilla (ville autonome espagnole de la côte marocaine) sont désormais dans le viseur des autorités espagnoles qui dressent des obstacles à l’accès des religieux dans la ville. La Commission islamique de Melilla, une fédération qui réunit quatre associations musulmanes, dénonce ce qu’elle qualifie de «situation insoutenable dans laquelle se trouve beaucoup d’imams» originaires de Nador qui entrent dans la ville pour diriger les prières et prêcher le vendredi.

Actuellement les religieux accèdent à Melilla uniquement avec leurs passeports et cartes d’identité nationale (CIN), sans besoin de visas. «Il y a trois ans, le ministère de la Justice avait autorisé les imams à accéder à la ville sans visas jusqu’à ce que l’Etat espagnol forment ses propres imams», nous confie une source à Nador. […]

Le timing de ses obstacles n’est pas fortuit. «Ces restrictions sont le second acte du plan visant à remplacer les imams marocains par des Algériens ou d’autres nationalités sous prétexte qu’ils ne maitrisent pas le castillan. Le plan initié par Youssef Kaddour, le président de la Commission islamique Annour, commence à se concrétiser sur le terrain avec la contribution effective des autorités espagnoles», explique notre interlocuteur. […]

«Les mosquées de Melilla n’appartiennent à personne mais sont une propriété du gouvernement espagnol», a déclaré la semaine dernière Youssef Kaddour à la presse. Le bras de fer s’annonce difficile.

yabiladi


Fdesouche sur les réseaux sociaux