Fdesouche

02/03/19

27/02/19

Vont-ils enfin se mettre d’accord? La polémique du hidjab de Decathlon – finalement retiré de la vente – a remis en lumière d’importantes divergences au sein du mouvement présidentiel sur la question de la laïcité. Quand certains s’en sont pris à la marque de sport, l’accusant de faire le jeu de l’islam radical, d’autres l’ont au contraire défendu déplorant une «obsession du voile». En résultent des échanges parfois houleux entre collègues sur les réseaux sociaux. Face à ces règlements de compte à ciel ouvert qui reviennent systématiquement sur ce point au sein de LREM, le mouvement cherche la parade. Celle-ci pourrait venir du «débat d’idées» interne prévu le 20 mars prochain sur le thème: «Laïcité: faire vivre l’esprit de 1905 en 2019».

L’événement, qui aura lieu au siège du mouvement et qui ne sera pas diffusé, est impulsé par Marlène Schiappa. La secrétaire d’État chargée de l’Egalité entre les Femmes et les Hommes est également à la tête du pôle «idées» de La République en marche. Tous les parlementaires sont invités. Seront également présents une centaine d’adhérents inscrits au préalable. «Différentes approches de la laïcité existent au sein de LREM. Beaucoup n’ont également pas d’avis tranchés. L’objectif est de déterminer une ligne et de la proposer au bureau exécutif», explique au Figaro Marlène Schiappa. «Nous avons des points de vue différents qui nous divisent et qui continueront de nous diviser si nous ne nous rassemblons pas sur cette question», approuve une cadre de la majorité.

À noter cependant qu’il ne s’agit pas d’un débat à proprement parler entre les députés mais plutôt d’une conférence avec différents intervenants aux points de vue opposés. Parmi les invités: l’essayiste Raphaël Enthoven, l’universitaire – et cofondateur du Printemps Républicain – Laurent Bouvet, le directeur des Études à la Fondation Jean Jaurès Jérémie Peltier (qui a par ailleurs cosigné le livre Laïcité Point avec Marlène Schiappa en décembre 2017), le président de l’Observatoire de la laïcité, Jean-Louis Bianco et la philosophe, Catherine Kintzler. «Chaque participant sera libre de poser les questions qu’il souhaite et ainsi défendre son point de vue», explique-t-on à LREM. Il faudra ensuite manier l’art de la synthèse pour réussir à mettre tout le monde d’accord…


Fdesouche sur les réseaux sociaux