Fdesouche

Le 7 décembre 2018, le Google Play Store a approuvé la dernière version de “Smart Pakem”, une application qui permet aux musulmans de Jakarta, la capitale du plus grand pays musulman du monde, de signaler les violations de la charia telles que le blasphème et même les hérésies. L’application permet aux utilisateurs de signaler les personnes qui pratiquent des religions non reconnues ou des interprétations peu orthodoxes des six religions officiellement reconnues en Indonésie : Bouddhisme, confucianisme, hindouisme, islam, christianisme protestant et christianisme catholique romain.

Selon la traduction de Google sur le Google Play Store, “Smart Pakem” vise à “faciliter la recherche d’informations et la gestion de la religion, des croyances et des organisations communautaires dans la juridiction de DKI Jakarta,” la capitale de l’Indonésie.

L’application, qui compte plus de 1 000 installations, prétend fournir une liste des ” lois et règlements qui régissent les activités du flux des croyances dans la communauté “.

Alors que la plupart des régions d’Indonésie n’appliquent pas intégralement la charia (loi islamique), le code pénal national interdit le blasphème, qu’il définit comme “l’acte ou l’offense de parler de Dieu ou de choses sacrées avec sacrilège”. L’article 156(a) rend illégal le fait d'”exprimer des sentiments d’hostilité, de haine ou de mépris à l’égard de la religion”, passible d’une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison.

Comme l’a rapporté Laura Loomer à BigLeaguePolitics, le vice-président de Google en Asie du Sud-Est, Rajan Anandan, n’a montré aucune résistance à cette application.

La National Secular Society (NSS) a protesté contre la loi dans des lettres à Anadan. Le directeur général de l’organisation, Stephen Evans, a écrit que la décision de Google de proposer l’application était “incompatible avec l’énoncé de mission de Google” et “va directement à l’encontre des idéaux démocratiques qu’elle défend selon Google”.

Human Rights Watch signale que 125 personnes ont été condamnées pour blasphème en Indonésie entre 2004 et 2014, et 23 autres depuis 2014. L’année dernière, le gouverneur chrétien populaire de Jakarta, Basuki Tjahaja Purnama – mieux connu sous le nom de Ahok – a été condamné à deux ans de prison pour blasphème.

Alors que la dernière version de “Smart Pakem” est sortie le 7 décembre, la version originale est sortie le 25 novembre. L’application a été créée par le bureau du procureur de Jakarta, qui a déclaré à l’Agence France Presse (AFP) qu’elle contribuerait à éduquer le public et à moderniser le processus d’information.

“L’objectif… est de faciliter l’accès à l’information sur la propagation des croyances en Indonésie, d’éduquer le public et de l’empêcher de suivre les doctrines d’un individu ou d’un groupe qui ne sont pas conformes à la réglementation “, a déclaré Nirwan Nawawi, porte-parole du bureau du procureur, dans une déclaration à l’AFP.

L’application dresse la liste des édits religieux et des organisations figurant sur la liste noire et permettra aux utilisateurs de déposer immédiatement des plaintes, au lieu de soumettre une accusation écrite à un bureau du gouvernement.

Les évaluations de l’application sont très négatives (1.2 sur 5 étoiles). “Cette application conduira à la désintégration nationale en Indonésie “, a écrit un utilisateur nommé Emanuel Anggit, dans la revue la plus populaire. Il a fait valoir que l’application permettait à “n’importe qui, y compris les fanatiques religieux, de signaler toute croyance traditionnelle comme nuisible”. Il a mis en garde contre la persécution, et a écrit que l’Indonésie est confrontée à une “intolérance” que l’application ne fera qu’empirer.

“Je vis en Indonésie et je sais comment les minorités seront traitées une fois que cette demande aura été largement utilisée “, a-t-il conclu.

L’Indonésie étant le plus grand pays musulman du monde, il est très diversifié. Certaines régions ont une culture où musulmans et chrétiens vivent en harmonie, tandis que d’autres îles sont en proie au terrorisme islamique radical. Cette application suggère une augmentation de la persécution religieuse dans la capitale du pays, et Google devrait sérieusement repenser son soutien pour cette application.

pjmedia


Fdesouche sur les réseaux sociaux